les protections des biens dans l'installation électrique

Le tableau électrique est composé de protections, dont le disjoncteur divisionnaire et le porte fusible. Les deux éléments ont la même vocation, protéger les biens. Quelle est la différence entre ces deux protections, et laquelle choisir?

Les différences entre le porte fusible et le disjoncteur divisionnaire:

Voici une photo (ci contre) avec à gauche un disjoncteur, et à droite, un porte fusible.

La principale différence vient du mécanisme de déclenchement. Le disjoncteur va pouvoir, après avoir détecté un défaut, être réarmé, alors que le fusible du porte fusible devra lui être remplacé.

 

 

 

 

Le mécanisme du porte fusible:

Sur cette photo, le porte fusible est ouvert, avec à l’intérieur, le fusible:

Le porte fusible est une protection du tableau électrique

C’est le fusible, ici sorti du porte fusible, qui va servir de protection en cas de surcharge:

La protection contre les surcharges par fusible

 

Le mécanisme du disjoncteur divisionnaire:

Le disjoncteur est réarmable quand à lui, grâce à une gâchette. Ici le disjoncteur est armé (position ON)

Le disjoncteur armé protège l'installation électrique

Le disjoncteur est désarmé (position OFF):

Le disjoncteur protège l'installation électrique

 

La différence de prix entre le porte fusible et le disjoncteur divisionnaire:

Le porte fusible est moins cher à l’achat que le disjoncteur divisionnaire.

La différence de prix constatée dans un même magasin, pour une même gamme de protection et dans la même marque est d’environ 25%. Il faut compter l’achat des fusibles, on tombe alors à 20% de différence de prix entre un disjoncteur et un porte fusible

Le porte fusible est interdit pour certaines utilisation, selon la norme NF C 15-100

  • Pour l’utilisation dans le cas d’une VMC (disjoncteur divisionnaire 2A uniquement)
  • Les circuits d’asservissement, de programmation, de tarification (disjoncteur divisionnaire 2A uniquement)
  • Les prises de courant 16A avec 5 socles maxi, avec des conducteurs en 1.5 mm² (disjoncteur divisionnaire 16A uniquement)

Le choix à faire pour le tableau électrique: porte fusible ou disjoncteur?

Évidemment, le porte fusible est moins cher, et en équipant un tableau avec des portes fusibles à la place des disjoncteurs divisionnaires, on peut faire une économie.Mais il faut prendre en compte l’achat des fusibles (même si ces derniers ne sont pas remplacés souvent).

Je suis plutôt pour uniformiser le tableau et  choisir des disjoncteurs divisionnaires uniquement. De plus, le porte fusible est interdit pour certaines utilisations, les disjoncteurs seront donc présents dans le tableau.

17 Commentaires

    • Bonjour,

      Oui, il est tout à fait possible de remplacer un porte fusible par un disjoncteur. L’avantage du disjoncteur, c’est qu’il peut être réarmé après un défaut (il faut que ce défaut soit corrigé bien entendu)
      Pour le porte fusible, il faut changer la cartouche fusible, ce qui impose d’avoir des références en avance.

      Attention, ce remplacement doit se faire en toute sécurité (disjoncteur de branchement coupé et vérification d’absence de tension)

      Cordialement

      Guillaume

  1. Bonjour,
    Est-ce que le disjoncteur fonctionne et protège si il est UNIQUEMENT sur la phase ?
    Dans le but de remplacer des VIEUX portes fusibles à broches.

    Pas de neutre utilisable en l’état car tous les neutres sont commun et le circuit est noyé dans le béton !
    Je sais bien qu’un jour il faudra refaire toute l’installe en extérieure 😉
    Merci

    • Bonjour,

      Effectivement, il faudrait songer à refaire toute votre installation électrique: Je ne veux pas être alarmiste, mais votre installation, telle qu’elle est aujourd’hui, est très dangereuse.

      Même si vous remplacer vos fusible par des disjoncteurs, cela n’aura aucun effet sur la sécurité. Vous allez engendrer une dépense supplémentaire alors qu’il faudrait la consacrer à la rénovation électrique de votre tableau.

      Croyez moi, une installation électrique aux norme n’est pas du luxe!

      Cordialement

      Guillaume

  2. bonjour les amis experts et pro :
    quels sont les avantages de mettre un Dispositif Différentiel à courant Résiduel (DDR) et avec mettre des portes fusibles pour mon tableau Electrique?
    merci cordialement et merci de votre réponse d’avance

    • Bonsoir

      Je ne suis pas bien certain d’avoir bien compris la question.
      Ces 2 éléments ne jouent pas le même rôle :
      – un interrupteur différentiel (DDR) assure une protection des personnes contre les défaut d’isolement (fuite de courant)
      – un fusible (ou un disjoncteur) assure une protection des circuits contre les surcharges et les court-circuits.
      Il faut donc mettre les deux pour avoir un installation sécurisée.

  3. Bonjour.
    Je souhaite changer mes portes fusibles par des disjoncteurs.
    Je me (et vous) pose deux questions:
    1/ Dois je prendre le même ampérage de protection sur les disjoncteurs remplaçant les portes fusibles?
    2/ Les lignes en 2.5 mm2 sont protegées actuellement par des portes fusibles en 20 ampères alors qu’ils me semble que ça devrait être du 16A. Qu’en pensez vous?
    Merci.

    • Bonjour

      1/ Sur une installation existante dont vous ne connaissez pas la qualité, je vous conseille de remettre les mêmes calibres de disjoncteur que les fusibles existants.

      2/ Effectivement si c’est du 2,5², la protection par porte fusible devrait être en 16A (quoi qu’il me semble qu’il y a une vingtaine d’années, c’était autorisé de mettre 20A)
      De toute façon 16A (3500W) répond à la plupart des usages du 2,5².

  4. Bonjour,

    Je viens d’apprendre que la C15100, au travers de son amendement A5, vient d’interdire totalement l’usage des fusibles dans la protection des circuits pour les nouvelles installations. Je ne trouve aucune explication technique en termes de sécurité qui justifierait ce choix. Est-ce plutôt l’œuvre d’un lobbying des fabricants de disjoncteurs ?
    Les caractéristiques des ces deux dispositifs sont différentes à tel point que par le passé on considérait que l’association des deux était la panacée en matière de protection de circuits. C’était une façon de dire que ces deux dispositifs sont plutôt complémentaires que concurrents. La précision du courant de coupure du disjoncteur d’une part et l’excellent pouvoir de coupure du fusible avec sa rapidité de coupure d’autre part. Pour mémoire le disjoncteur est plus précis (coupure assurée entre In et 1.2In pour un disjoncteur alors que pour un fusible c’est entre In et 1,5In) il est manœuvrable (coupure en charge, ce n’est pas le cas d’un porte fusible). A son désavantage son temps de réaction est une constante électromécanique (une bonne vingtaine de millisecondes même au courant de court-circuit) alors que le temps de fusion d’un fusible décroit avec l’intensité de telle sorte que sous certaines conditions (rupture de l’arc garantie) l’énergie reste maitrisée et ceci fait que seul un fusible peut protéger un semi-conducteur comme un transistor ou un triac, ce qu’on appelle un protistor. Rien que pour cela je prétends que le fusible ne peut mourir. Enfin en termes de défaillance elle est toujours possible avec un disjoncteur alors qu’un fusible ne peut que fondre ce qui le met à l’abri de toute défaillance.
    Pour terminer il y a beaucoup plus grave, on prétend que le fusible est à usage unique, c’est vrai et c’est tant mieux car après un coup de tabac on repart à neuf, ce qu’on ne dit malheureusement jamais des disjoncteurs c’est que le nombre de coupures au courant de court-circuit garanti par les fabricants n’excède que rarement un. En d’autres termes on devrait faire procéder au remplacement de tout disjoncteur qui a été sollicité aux limites i.e. au courant de court-circuit de l’installation, ce qui n’est pas signalé en aucune façon. L’usager ne peut pas savoir si le déclenchement à eu lieu sur une légère surcharge ou si on a eu un court-circuit franc et massif. Le risque encouru dans ce cas est tout simplement l’incendie provoqué par des contacts dégradés. C’est la principale raison qui m’a fait choisir des fusibles sur mon installation domestique.
    Pour conclure, je souhaite l’avis d’un expert sur les raisons de l’éviction des fusibles.

  5. Bonjour,

    Je viens d’apprendre que la C15100, au travers de son amendement A5, vient d’interdire totalement l’usage des fusibles dans la protection des circuits pour les nouvelles installations. Je ne trouve aucune explication technique en termes de sécurité qui justifierait ce choix. Est-ce plutôt l’œuvre d’un lobbying des fabricants de disjoncteurs ?
    Les caractéristiques des ces deux dispositifs sont différentes à tel point que par le passé on considérait que l’association des deux était la panacée en matière de protection de circuits. C’était une façon de dire que ces deux dispositifs sont plutôt complémentaires que concurrents. La précision du courant de coupure du disjoncteur d’une part et l’excellent pouvoir de coupure du fusible avec sa rapidité de coupure d’autre part. Pour mémoire le disjoncteur est plus précis (coupure assurée entre In et 1.2In pour un disjoncteur alors que pour un fusible c’est entre In et 1,5In) il est manœuvrable (coupure en charge, ce n’est pas le cas d’un porte fusible). A son désavantage son temps de réaction est une constante électromécanique (une bonne vingtaine de millisecondes même au courant de court-circuit) alors que le temps de fusion d’un fusible décroit avec l’intensité de telle sorte que sous certaines conditions (rupture de l’arc garantie) l’énergie reste maitrisée et ceci fait que seul un fusible peut protéger un semi-conducteur comme un transistor ou un triac, ce qu’on appelle un protistor. Rien que pour cela je prétends que le fusible ne peut mourir. Enfin en termes de défaillance elle est toujours possible avec un disjoncteur alors qu’un fusible ne peut que fondre ce qui le met à l’abri de toute défaillance.
    Pour terminer il y a beaucoup plus grave, on prétend que le fusible est à usage unique, c’est vrai et c’est tant mieux car après un coup de tabac on repart à neuf, ce qu’on ne dit malheureusement jamais des disjoncteurs c’est que le nombre de coupures au courant de court-circuit garanti par les fabricants n’excède que rarement un. En d’autres termes on devrait faire procéder au remplacement de tout disjoncteur qui a été sollicité aux limites i.e. au courant de court-circuit de l’installation, ce qui n’est pas signalé en aucune façon. L’usager ne peut pas savoir si le déclenchement à eu lieu sur une légère surcharge ou si on a eu un court-circuit franc et massif. Le risque encouru dans ce cas est tout simplement l’incendie provoqué par des contacts dégradés. C’est la principale raison qui m’a fait choisir des fusibles sur mon installation domestique.
    Pour conclure, je souhaite l’avis d’un expert sur les raisons de l’éviction des fusibles.

    • Bonjour

      Je ne suis pas expert, mais je suppose que c’est pour des aspects pratiques et non sécuritaires.

      Déjà cela ne concerne que les locaux d’habitation, et je pense que tout le monde apprécie d’avoir un logement neuf avec des disjoncteurs, plutôt que d’avoir à gérer sa petite réserve de fusible, qui s’épuise vite lorsqu’un appareil est en court-circuit et qu’on n’a pas trouvé l’origine du défaut.
      Cela ne fait de toute façon qu’entériner ce qui se faisaient dans les faits, les constructeurs ne délivrant de toute façon que des logements avec des disjoncteurs ces dernières années.
      Cela diminue également le nombre de références qu’il faut avoir en stock au niveau des distributeurs.

      Bref cela va dans le sens de la simplification, ce qui était l’esprit de cet amendement.

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here