Si j’ai déjà parler de repérage en électricité, c’était pour les gaines et réseaux électriques pendant le réalisation du chantier (lire l’article ici).

Il y a un autre poste ou c’est indispensable, le tableau électrique.

Je vais donc vous fournir quelques astuces concernant les étiquettes de repérage pour le tableau électrique.

Ce qu’il faut écrire pour faire le repérage au niveau du TGBT

Ce que dit la norme à ce propos

Voici deux extraits de la norme NF C 15-100 parlant des étiquettes et du repérage au niveau du tableau électrique:

  1. Chacun des circuits (du tableau électrique) doit être repéré par une indication appropriée, correspondant aux besoins de l’usager et du professionnel. Ce repérage doit préciser les locaux desservis et la fonction (par exemple au moyen de pictogrammes ou autres indications appropriées). Ce repérage doit être lisible, de qualité durable et correctement fixé, et doit rester visible après l’installation du tableau. Il doit être compréhensible…..
  2. Les étiquettes et plaques signalétiques doivent être fixées de manière efficace et durable et correspondre aux désignations dans les documents d’accompagnement (tels que schémas, liste de pièces détachées, liste des canalisations) qui doivent être joints.

Le premier extrait indique clairement que chaque disjoncteur doit être étiqueté avec la fonction du circuit et la localisation: Par exemple “Prise électrique Garage

Le deuxième extrait est plus en relation avec les tableaux électriques dans le tertiaire mais peut être appliqué pour l’installation électrique domestique puisqu’il est dit que l’étiquetage du tableau électrique doit correspondre entre autre au schéma électrique unifilaire (qui est obligatoire je le rappelle).

Ce que je vous conseille

Norme ou pas, le fait d’étiqueter le tableau électrique et selon moi indispensable.

Rien de plus agaçant d’intervenir sur un tableau électrique dont les circuits électriques n’ont pas été repérés: C’est une perte de temps et cela peut mettre être très embarrassant dans le cas ou certains circuits ne peuvent être coupés (c’est le cas dans les usines, les magasins ou encore les bureaux informatiques).

Le repérage des circuits n’est donc pas une option.

Voici donc mes conseils sur ce que vous pouvez faire pour faciliter l’étiquetage du tableau électrique

Repérer en cours de chantier

C’est la méthode la plu sûre afin de ne pas perdre d’informations en cours de chantier.

Au moment du cablage du tableau électrique, et à chaque connexion sur les disjoncteurs divisionnaires, il faut reporter sur un bloc note:

  • La rangée concernée
  • Le numéro du disjoncteur sur cette rangée
  • Le circuit protégé

C’est un gain de temps au moment du repérage final.

Cette étape doit être d’autant plus facile qu’il suffit de retranscrire le repérage existant sur la gaine ICTA (puisqu’elle a du être marquée aussi).

Pour le modèle de bloc note, rien de bien compliqué. Je vous conseille d’en utiliser un de petite taille (format 74×105) comme celui la par exemple. Il à l’avantage de se glisser dans la poche et vous pourrez l’utiliser aussi comme pense-bête sur le chantier et pour faire votre liste de courses pour le matériel électrique par exemple.

repérer pour l'étiquette du tableau électrique
Le bloc note vous servira entre autre à pouvoir étiqueter le tableau électrique au brouillon et de gagner du temps au moment du repérage final

Etiqueter en fin de réalisation

L’étiquetage final doit avoir lieu au tout dernier moment de la réalisation de l’installation électrique.

C’est seulement à ce moment que le tableau électrique sera figé et qu’il ne devrait plus avoir d’ajout dans le coffret.

Si vous avez pris le soin de noter au fur à mesure la correspondance des différents circuits électriques avec les disjoncteurs, ce devrait être une partie de plaisir.

Pour ce qui concerne les différentes solutions de marquage pour le tableau électrique, je vous propose plusieurs solutions dans la suite de l’article.

Conserver une copie informatique / une photo

Le plus frustrant c’est de savoir qu’on avait les étiquettes, mais qu’à force de changement de propriétaire dans le logement, on les a perdu.

C’est une réalité que j’ai déjà vécu chez plusieurs clients.

L’informatique étant bien ancré et surtout la qualité de photo des smartphones étant au rendez vous, je vous suggère de conserver une trace de votre étiquetage de tableau en prenant une photo du coffret dans son ensemble et de chaque rangée si nécessaire.

Si jamais les étiquettes se décollent ou encore que le papier de description est égaré, il y aura un moyen de secours!

Le matériel: plusieurs solutions pour étiqueter le tableau électrique

Voici les solutions qui vont vous permettre de réaliser facilement les étiquettes de votre coffret électrique.

Les étiquettes livrées avec le tableau électrique

Ce sont les étiquettes qui sont fournies avec le coffret (autocollantes ou à glisser sous une protection, cela dépend de la marque du tableau électrique).

En règle générale, il y en a autant que de rangée (Il arrive parfois qu’une étiquette supplémentaire soit fournie)

Il faut alors écrire dans les cases correspondantes sous chaque disjoncteur.

Il se peut que vous ayez à disposition des étiquettes avec des pictogrammes électriques pour indiquer le type de circuit: ce sont des dessins de lampes, de prises électriques, de machine à laver… Attention, le nombre de pictogrammes est limité et on arrive rarement à faire tout le tableau électrique avec une seule planche.

Le plus de cette solution: C’est la moins couteuse de toute puisque les étiquettes sont données avec le matériel

Le moins de cette solution: Il faut avoir une écriture lisible et écrire petit pour que toutes les informations rentrent dans les cases. Le résultat final n’est pas très harmonieux.

pictogramme pour étiqueter le tableau électrique
Les pictogrammes permettent de faire un premier repérage sur le tableau électrique, mais il faut ajouter la localisation du circuit électrique

L’étiqueteuse / La Dymo

La solution la plus pratique reste sans doute l’étiqueteuse (que j’appelle aussi Dymo du nom de la marque).

Elle permet d’être opérationnelle directement sur chantier pour un résultat très propre, avec réglage de la taille de la police

Les étiquettes de repérage sont autocollantes.

Pour le modèle, il ne faut pas chercher trop compliqué: Je suis équipé d’un modèle classique à environ 30 euros (disponible ici sur Amazon)

Le plus de cette solution: résultat propre

Le moins de cette solution: Une dépense d’environ 30 euros. Mais l’étiqueteuse pourra vous servir à d’autres choses!

étiqueter le tableau électrique
La Dymo est une solution pour étiqueter le tableau électrique

La solution informatique

Avec un traitement de texte

C’est la solution pour étiqueter le tableau électrique qui coute la moins cher et qui reste la plus simple. Elle demande de savoir utiliser un logiciel de traitement de texte type type Word ou Open Office.

Il faut utiliser le logiciel pour réaliser des carrés de 18mm par 18mm et les mettre côte à côte (cette dimension correspond à la largeur d’un module de tableau électrique)

Il suffit alors d’insérer un texte à l’intérieur de ce carré correspondant au circuit protégé par le disjoncteur.

Le plus de cette solution: résultat très propre avec possibilité d’adapter la taille du texte dans les carrés

Le moins de cette solution: A faire en dehors du chantier et nécessite donc d’avoir pris les informations au brouillon

Avec un logiciel constructeur

Je sais qu’il existe des solutions grâce à des logiciels fournis par les constructeurs. Parmi ces logiciels, il y a la solution Semiolog de Hager. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ce produit sur chantier mais je ne manquerai pas de le faire dans un prochain article.

PAS DE COMMENTAIRES

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)