Si on entend souvent “pas de bras, pas de chocolat” on entend jamais “pas de mains, pas de travaux en électricité” (normal, je viens de l’inventer). Alors pour protéger les mains, qui sont les premières exposées lors de travaux en électricité, il faut naturellement s’équiper de protection adéquat et de gants pour électricien. Comment les choisir, quel modèle?

Travailler avec des gants lors de travaux électriques?

J’aurai peut être du commencer par cette question: faut il travailler avec des gants en électricité?

Ma réponse: Oui et Non (on croirait une réponse de politicien..).

Des gants pour électriciens? Oui pour les travaux suivants:

  • Le tirage de fils électriques (notamment avec une aiguille d’électricien).
  • Le travail sous tension.
  • La pose des plaques de finition.
  • La manipulation des trappes d’accès aux combles ou tout autre éléments une fois les peintures réalisées (pour éviter les traces de doigts et salissures).

Des gants pour électriciens? Non (ou pas forcément) pour les travaux suivants:

  • Les connexions électriques (pas évident de manipuler un wago avec des gants).
  • D’une manière générale, pour tous les travaux qui demandent de la précision avec les mains.

Des gants, mais pas n’importe lesquels:

Si on utilise pas un tournevis cruciforme pour manipuler une vis avec une tête plate, il en est de même pour les gants. Plusieurs modèles de gants selon le cas de figure, avec des  références adaptées à la nature des travaux à réaliser:

Pour le confort et la protection au quotidien:

Il s’agit ici de s’équiper de gants pour la journée de travail: ils permettent d’effectuer les gestes courant lors de travaux en électricité en se préservant de blessures souvent bénignes mais parfois handicapantes (je pense notamment au tirage de fil avec le tire fil en acier dans les gaines ICTA).

gants électricien fins
Ce type de gants peut servir dans les tâches courantes pour l’électricien

Ces gants sont légers et saillants: ils doivent coller au mieux à la main.

Pour une protection renforcée lors de manipulations un peu plus risquées:

Dans certains cas, il ne faut surtout pas utiliser les gants précédent: je pense tout particulièrement lors de l’utilisation d’une boule chauffante d’électricien, qui permet de réaliser les traversées de doublages en polystyrène.

Dans ce cas, il faut prendre des gants amples, qui ne collent pas à la peau et idéalement qui puissent résister à la chaleur.

gants de protection pour electricien
Ces gants plus amples sont un peu plus renforcés et peuvent être utilisés pour les travaux un peu plus “agressifs”

Des gants d’électricien pour le travail sous tension:

Il s’agit là de véritables protections pour les mains dédiées à l’électricien: les gants isolés. Il font partie des EPI de l’électricien (pour Equipements de Protection Individuels).

gants-isoles-pour-electricien-EPI-protectionCe sont des gants bien spécifiques puisqu’ils permettent de travailler sous tension. A manipuler avec précautions, ils possèdent une date de péremption. Les plus connus sont ceux proposés par la marque CATU.

Choix de gants pour électricien:

Pour chaque paire de gants, voici une liste de plusieurs références:

Gants souples / pour travail léger

– Cette référence disponible par 3 chez Amazon.

– Toute une sélection disponible ici chez Outiz

Gants rigides renforcés

– Cette paire de gant classiques (celle utilisée parfois par les maçons).

Gants isolés

Cette paire de gant isolé disponible à très bon prix chez Amazon.

Ce modèle disponible chez Conrad à 32 euros.

Conclusion

Un vêtement de plus qui vient s’ajouter à la garde robe de l’électricien (avec le pantalon de travail ou encore la veste chauffante).

Je sais que pour certains d’entre vous, l’utilisation des gants de protection n’est pas un reflex. Mais si vous voulez pouvoir garder vos mains dans un état à peu près correct, je vous conseille d’utiliser des gants adaptés en fonction du travail que vous faîtes.

11 Commentaires

  1. Dans un but d’économie, choisissez un gant isolant de classe 00 ou 0, parfois quelques euros plus chers qu’un classe 1 ou 2 MAIS…

    Un gant à une durée de vie de 6 mois…
    Après ces 6 mois, il faut les faire recertifier, ce qui coûte souvent plus cher que l’achat d’une paire de gants neufs.
    Là où cela devient intéressant, c’est que si la norme impose un passage par un organisme agréé pour les classes 1 et supérieures, la norme permet aussi de tester soi-même un gant de classe 00 ou 0.
    Ce test consiste en une inspection visuelle et à un gonflage avant chaque emploi.

    Investir dans du talc est aussi très utile afin de faire durer ses gants (après chaque lavage, un bon séchage et zou, talc dans le gant et dans le sac)

    Pour le WAGO, j’avoue, je tiens le wago dans une main gantée et le fil dans une pince isolée ou alors je sors le tapis isolant.
    Chez un particulier, cela vaut parfois un regard bizarre, surtout avec la visière, mais j’ai les EPI alors pourquoi devrais je travailler chez un client différemment de chez un autre ?

    Une boîte de gants nitrile jetables à bonnes tailles pour l’équipe est aussi un grand plus, que ce soit pour protéger des graisses que de l’eau etc

    • Non la durée de vie d’une paire de gants n’est pas de 6 mois.

      La norme conseille de les vérifier tous les 6 mois. Chaque gant comporte un encadrement pour identifier les 6 dates des vérifications périodiques.

      Des gants bien entretenus et stockés dans l’emballage d’origine peuvent durer au moins 36 mois = 3ans

      Cdlt

      Philippe

  2. Ouf, je ne suis pas le seul à sortir la tenue de combat chez le client (visière, tenue anti-feu, gant de protection, tapis isolant…). C’est toujours étonnant de voir comment le client nous regarde.
    Pour les Wago, je n’ai pas particulièrement de problème avec les gants comme j’ai pris l’habitude de faire presque toutes les opérations avec les pinces. Et c’est la seule solution que j’ai trouvé d’efficace pour ne pas avoir mal en fin de journée avec toutes les insertions.

    • J’ai téléchargé quelques vidéos d’explosion de disjoncteurs sur mon portable, plus facile à expliquer au client pourquoi il ne doit pas rester à regarder par dessus mon épaule pendant les manipulations…

  3. En lisant vos commentaires je me demande si vous travaillez souvent sous tension ? Personnellement je m’arrange pour couper le jus dans la quasi totalité des cas. En début de chantier de rénovation j’essaye de très vite installer un tableau de chantier sur lequel éventuellement je vais raccorder l’installation existante. Les problèmes que je rencontre son plutôt de l’ordre de la consignation vu que les autres corps de métier ont tendance à remonter les disjoncteurs pour brancher leur matériel. La phase la plus critique est pour moi le moment des essais à la fin quand on est fatigué énervé et qu’on cherche la panne à la con qui fait tout foirer (celui à qui ça n’arrive pas est un menteur) alors là on peut en effet souvent oublier de couper et se retrouver à tripatouiller sous tension, c’est très dangereux. En règle générale j’effectue mes recherches de panne par des tests de continuité hors tension.

    • Bonjour,

      Effectivement, en domestique, je travaille très peu sous tension. Ce n’est pas le cas en industriel ou encore dans les magasins par exemple ou mes clients me demande une continuité de service. D’ou l’intérêt des gants isolés.

  4. Je pars du principe que tant que je n’ai pas la certitude qu’il n’y a pas de tension, je suis sous tension. Et chez un particulier, bien souvent, on n’a ni plan ni même simplement le relevé des disjoncteurs.
    Débarquer chez un locataire, se rendre compte qu’aucun différentiel ne protège le tableau et que ce tableau est commun à plusieurs appartements est le début des emmerdes.
    Je n ouvre de toute façon plus un coffret sans EPI, même pour abaisser un disjoncteur (ou pire, retirer un fusible sans pouvoir être certain que la ligne n’est pas en charge)
    Je vais citer ici plusieurs problèmes rencontrés qui m’ont décidé à définitivement travailler avec tous les EPI.

    Une dame dont le lave-vaisselle a un comportement bizarre : l’installateur précédent avait interverti 1 phase et le PE dans la prise (et ce n’était pas une prise spécialisée)

    Un interrupteur monopolaire qui coupait le neutre et pas la phase, le neutre et la phase venant de 2 circuits différents

    Un coup de jus en touchant un PE. J’avais 178V entre le PE et le N, j’ai même pu brancher une ampoule 40W dessus (filament rouge mais non brillant)
    La boucle de terre étant commune à plusieurs maisons, il a été plus simple de sectionner la terre et battre des pieux

    Un fil alimenté planqué derrière un interrupteur, le fil venant de l appartement voisin (là sans gant, je me prenais les 16 ampères dans les doigts)

    Réparation sur une centrale vapeur chez une dame âgée : l appareil n’a aucune isolation sur les connections internes en 230V, donc souci pour tester en utilisation…

    Alors en industrie ou dans le tertiaire, je suis parfois obligé de bosser sur la BT en charge mais dans une habitation, je pars toujours du principe que je suis sous tension tant que le général n’est pas fermé.

  5. Bonjour, le port des gants pour manipuler un wago n’est pas évident. N’est il pas conseillé de travailler hors tension . En tant que formateur en Habilitation Electrique, le port des gants ne serait nécessaire que pour faire la V.A.T.

    Cordialement

    Philippe

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here