C’est un sujet qui me trottait dans la tête et que je voulais aborder depuis pas mal de temps mais que j’avais reporté parce que je me disais qu’il n’intéresserait pas grand monde. Mais c’est un échange de commentaires qui m’a décidé à finalement écrire cet article (et je me dis aussi qu’il à  à prêt tout sa place dans la rubrique vie d’électricien).

Il s’agit d’un sujet qui revient régulièrement sur le tapis lorsque vous dîtes à quelqu’un que vous travaillez dans le bâtiment: tu dois t’en mettre plein les poches (je parle d’argent bien entendu).

Non, je ne suis pas ici pour me plaindre:

Avant d’aller plus loin, je tiens à bien préciser que dans cet article, je ne suis pas là pour me plaindre de ma situation, car je l’ai choisie. J’avais une place dans des bureaux climatisés l’été et bien chauffés l’hiver, avec un salaire plus que correct. J’ai changé car je ne me retrouvais plus dans ce métier et je ne me voyais pas faire ça toute ma vie.

Je reviens donc au sujet: le mythe de l’artisan qui est plein aux as (plus particulièrement de l’électricien puisque c’est ce que je connais).

Exemple de rentabilité de chantier en électricité:

Afin d’illustrer mes propos je vais prendre un exemple concret. L’idée, c’est de se baser sur les données suivantes pour établir un premier revenu:

  • Le temps moyen passé pour réaliser une installation électrique.
  • Les charges à payer pour ce chantier.
  • Le bénéfice réel encaissé.

Cas d’une rénovation électrique:

Je vais prendre dans cet exemple un cas réel, puisque c’est une rénovation que j’ai pu faire il y a quelque temps.

Il s’agissait d’une maison de ville sur 1 étage avec sous sol d’une surface totale d’environ 300m2.

  • L’installation est totalement encastrée.
  • Remplacement de tous les anciens réseaux (réutilisation de certains passages lorsque c’était possible).
  • Alimentation électrique triphasée (tableau monophasé avec équilibrage des phases.)
  • Une partie de l’installation précédemment rénovée a été conservée et mise en conformité après contrôle.

Note: Les chiffres que je donne sont arrondis à la dizaine afin d’alléger les calculs.

Temps pour la réalisation:

J’ai décompté le nombre de jours précis pour la réalisation et le matériel utilisé afin de pouvoir faire un bilan complet financier. Voici ce qu’il en est:

Cette rénovation a pris en tout et pour tout 27,5 jours.

artisan électricien salaireCela peut paraître long, mais le travail réalisé était assez conséquent avec des demandes du client exigeantes et parfois changeantes.

Le nombre de jour est décompté en demi-journées et comprend:

  • Le temps pour réaliser le chiffrage.
  • Le temps passé sur chantier.
  • Le temps pour récupérer le matériel électrique.
  • Le temps pour répondre aux besoins du client (choix d’appareillages électriques, changement de dernière minute sur chantier etc…).
  • Le temps pour échanger avec les différents corps de métier.

Tout le travail affecté à un chantier doit être décompté: C’est du temps passé POUR le client et pour rien d’autre.

Charges du chantier:

Le matériel utilisé dans le cadre de ce chantier s’élève à un total de 2090 euros HT.

Facturation client:

Le cout client final pour cette rénovation électrique est de 9640 euros TTC (soit 8760 euros TTC).

Bénéfice réel encaissé:

Le bénéfice brut encaissé est de 6670 euros.

En se basant sur le nombre de jours de travaillés, j’arrive à un ratio de 240/250 euros par jour.

Que reste il dans la poche de l’électricien?

Ceux qui feront les calculs de façon rapide diront qu’un électricien gagne entre 4500 et 5000 euros par mois. (240 euros multipliés par 20 jours calendaire).

Malheureusement, c’est un bénéfice totalement brut auquel il faut retrancher:

  • Les charges inhérentes à la tenue d’une entreprise:
    • Comptabilité.
    • Frais bancaires.
    • Assurances décennales, RCP (responsabilité civile professionnelle).
    • Entretien et assurance du véhicule.
    • Usure du matériel.
    • Crédit éventuels (véhicule, gros outillage).
    • Impôts locaux (CFE).
  • Les charges sur le salaire (qui dépendent si vous êtes au RSI ou à l’URSSAF).
Taxe entreprise électricité
Taxes et charges incompressibles pour l’artisan et l’électricien

Au final, il faut au total enlevé au minimum 50% de charges, soit un revenus de 2500 euros pour chaque mois travaillé.

Lissé sur l’année (tout le monde à le droit à quelques congés), cela fait un revenu de 2300 euros net par mois.

Une réalité un peu différente:

Certains penseront surement qu’un salaire de 2300 euros est bien honnête pour un artisan.

Je ne dirai pas le contraire, mais la réalité est encore un peu différente que les chiffres inscrits dans un article.

Il faut prendre en compte plusieurs critères:

  • Le carnet de devis signés ne permet pas forcément à tous les artisans de travailler tous les jours.
  • L’administratif n’épargne pas les indépendants ou petites entreprises: Il faut bien souvent passer plusieurs jours dans l’année à boucler le bilan, répondre aux sollicitations des organismes collecteurs d’impôts etc. Du travail qui n’est pas rémunérateur.
  • Une journée commence aux alentours des 8H mais la fin de la journée n’est pas déterminée d’avance.

Conclusion:

J’ai longtemps fait parti des personnes pensant que les artisans gagnaient beaucoup d’argent. Avec le retour d’expérience que j’ai, je peux vous dire très honnêtement que l’artisan plein aux as, c’est un mythe.

Certains parleront de connaissances qui gagnent plus que ce que j’annonce. C’est vrai, j’en connais aussi. Mais cela passent souvent par de gros sacrifices (ou des pratiques illégales):

  • Des semaines de 6 jours.
  • Des journées sans fin.
  • Une vie sociale et de famille inexistante (ou parfois gâchée).

Enfin il faut prendre un dernier aspect en compte: La prise de risque. C’est elle avant tout qui doit être mise en avant lorsqu’on est accusé (injustement je viens de le prouver) d’être “un artisan plein aux as”.

Electricien professionnel, je vous propose de partager mon métier, mes conseils et mes astuces à travers les différents articles de ce blog en électricité. Bonne lecture!

4 Commentaires

  1. Guillaume,

    Quel que soit le revenu d’un artisan, le travail se paie et c’est un accord entre deux parties. L’argent n’est pas sale et la prise de risque se paie. C’est un marché de demande et d’offre. Ceux qui ne sont pas contents des prix peuvent changer! Et supporter les conséquences d’un travail ou de matériel au rabais.

  2. J’ai longtemps eu envisager de me mettre à mon compte et depuis que je vois mon patron se démener pour gérer son entreprise (électricité et plomberie 6 ouvriers), je n’en ai plus vraiment envie. Je tracasse déjà suffisamment avec les chantiers que j’ai à géré (nous sommes très autonomes et avons chacun 2 ou 3 chantiers en cours) pour ne pas avoir envie d’ajouter des tracas supplémentaires avec la gestion, les devis etc. Nous travaillons beaucoup en rénovation et je me demande toujours comment mon boss fait pour évaluer le temps nécessaire au chantier.

  3. Salut,
    Personnellement, j’avais un peu le même avis avant de réaliser le coût des immobilisations (camions, électroportatifs, outillages, facile 30-40 000 euros) et tout le temps passé à faire l’administratif (pour une heure travaillée, une heure de papier…) sans compter le CA minimum à atteindre à l’année pour vivre… Maintenant, je trouve que le métier d’électricien en bâtiment a actuellement de très faibles marges (moins de 3 % au final) à moins de se spécialiser dans des créneaux plus porteurs d’autant que le client est très sensible au prix et non à la qualité. Et quand on compte les heures passées pour faire les devis, … Et quand je vois les chiffres du CEDAGE à Lyon, tu t’en sors plutôt pas mal par rapport à beaucoup d’électriciens où le salaire est nettement plus faible.

  4. bonjour,
    Je suis a mon compte depuis 30 ans et j’ai eu l’occasion d’avaler des couleuvres et des grosses.
    Avant le travail été valorisé par les clients ,maintenant ils ne cherche qu’a trouver moins cher du moins cher.
    j’ai un contrat avec des assurances et le nombre d’installations qui ont brulés est conséquent.
    comme dit avant par d’autre précédemment l’artisan n’est pas une machine à devis et le devis gratuit est une bêtise sans nom.
    il faut passer voir,établir un diagnostique ,faire le devis ce n’est pas gratuit pour tout le monde .
    Méfiez vous des sites de recherche d’artisans c’est du vent. Leurs bizness et de collecter de 30à 50€ le contacts pour des devis .
    Si vous avez besoins d’un devis contacter un artisan avec un vrais K bis et le bon n° SIRET

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)