Je vous ai parlé à de nombreuses reprise de ma reconversion pour devenir électricien.

Mon cas n’est pas isolé et je suis toujours très intéressé par les autres exemples de reconversions professionnelles en électricien du bâtiment.

Pour quelles raisons?

  • Car une reconversion, c’est un peu comme une peinture: elle est unique par la voie empruntée et par le vécu de la personne.
  • Rien de tel qu’un témoignage pour aider une personne qui est dans la démarche d’effectuer une reconversion professionnelle.

Je donne donc la parole à Marc (ou Looping de la E-team):

Petit introduction avant l’histoire d’une reconversion:

Voici ma mission dans cet article: Vous raconter ma transition de cadre d’entreprise, ayant des compétences en management, contrôle de gestion, de responsable administratif et financier, en …électricien !!!

Outre l’aspect choix de vie professionnel, ce qui pourrait intéresser les lecteurs se questionnant sur leur vie professionnelle, c’est surtout l’histoire de l’expérience de ma formation que je souhaite partager.

Pourquoi choisir de me reconvertir électricien du bâtiment?

Tout d’abord, si j’ai choisi de devenir électricien, c’est le résultat de plusieurs choses qui associées entres elles, m’ont amenées à ce choix.

Pour faire bref : département peu dynamique économiquement, à 47 ans je suis considéré comme sénior (!!!).

Les recruteurs considéraient que faire 1h de route pour aller travailler, c’est intenable (mais comment font les franciliens ???) et…. cela faisait quelque temps que je rêve d’avoir « ma boîte » et ne plus être le n°2 !

J’ai donc décidé d’acquérir une compétence métier et je me suis posé une question.

« Dans quoi je me verrai bien travailler ? »

Reconversion professionnelle électricien séniorEt comme mon premier diplôme est un DUT en Génie Electrique, et que j’ai toujours aimé bricoler, je me suis dit « Banco ! C’est là que je dois aller ! ».

Vous allez vous dire : « c’est facile pour lui, il a un DUT Génie Elec ! » Ben sauf que ces 25 dernières années je n’ai jamais exercé dans « l’élec »….

Et qu’électricien d’équipement, ça n’a pas grand-chose à voir et qu’on n’étudiait pas la norme NFC 15-100 !

Pôle emploi et la reconversion électricien:

J’ai donc contacté mon conseiller Pôle Emploi, et je lui ai expliqué la démarche que je vous ai résumé ci-dessus.

Je crois que c’est une phase importante voir primordiale : le conseiller Pôle Emploi cherche à vérifier la cohérence et la pertinence de votre choix, ainsi que votre degré de motivation.

Mais ce n’est pas tout : il faut lui prémâcher le travail.

Ce sera une preuve supplémentaire de votre envie et de votre volonté d’avancer concrètement.

Pour moi, cela a été la recherche de formations regroupant 3 points :

  • Formation reconnue permettant d’être inscrit à la Chambre des Métiers et d’être couvert par un assureur.
  • Formation courte.
  • La plus proche de mon domicile (point que je n’aborde pas avec mon conseiller).

J’ai rapidement remarqué que c’était l’Afpa qui proposait la meilleure solution.

AFPA et reconversion professionnelle en électricité:

L’Afpa (Association de Formations Pour Adultes) vend des formations qualifiantes aux régions.

Lors de mon RDV avec mon conseiller Pôle Emploi, cela s’est très bien passé, à tel point que pendant le RDV, il a appelé le centre AFPA pour vérifier les dates de début de formation et voir avec une responsable la possibilité de me faire passer au plus tôt le test d’entrée.

afpa Reconversion électricien avis
Reconversion électricien: L’afpa est une des formations qualifiantes

Test d’entrée à l’AFPA:

Ce préalable, le test d’entrée, est constitué d’un formulaire de renseignements sur votre niveau d’étude, d’expériences pro, puis le plus gros : des tests de logique orientés 3D.

C’est-à-dire être capable d’après un dessin géométrique dessiné en 3D, de reconnaître cette même forme présentée autrement ou s’emboîtant.

Quelques questions de maths de base et de connaissances de conversion d’unité de mesure.

Rassurez-vous si vous avez arrêté en 4ème : dans ma petite promo de 12, certains avaient juste ce niveau et ont été pris pour la formation.

Après les tests, débriefing l’après-midi avec une cadre de l’AFPA. Là, descente aux enfers : je suis trop diplômé (niveau bac+6 et tests « fingers in the nose »). Donc je serai dernier des listes d’attente pour les 2 sessions programmées en 2017 dans les 2 villes de mon département.

J’ai beau expliquer que je compte ouvrir une entreprise et embaucher ensuite : nada !

Le lendemain (un vendredi), retournement de situation : je suis pris pour la prochaine session qui commençait…le lundi suivant !

J’ai bien sûr dit oui et j’ai appris que les candidats avant moi (4 semblait-il) s’étaient désistés.

La formation AFPA pour devenir électricien:

Durée hebdomadaire : 35h, durée réelle…euh passons !

Et disons que la gestion des pauses mériterait un chapitre entier.

Je crois plus sérieusement que cela permet aux moins rapides de terminer les montages.

Car le but de l’Afpa est de permettre de réussir même pour le moins rapide, pas de faire de la sélection.

Et puis n’oubliez pas : il s’agit d’adultes qui ont choisi cette formation.

On peut utiliser ces temps à approfondir certains sujets et poser des questions au formateur : c’est un ancien professionnel qui est prêt à partager son expérience.

J’ai eu de la chance : notre formateur était sympa et avec maintenant quelques mois de recul, nous avons été plutôt bien formés.

J’ai un ami formé dans une grande ville de province. Il m’a parlé de formateurs très « légers » niveau implication dans la formation ! J’aborde cela, car si vous faites des recherches sur internet concernant l’Afpa, vous verrez que leur réputation n’est plutôt pas bonne.

Déroulement de la formation AFPA électricien:

La formation de 7 mois est articulée en 3 modules :

Deux très courtes semaines de stage en entreprise avec juste avant, le passage des habilitations électriques.

Cela juste avant l’examen final sachant qu’entre chaque module, il y a des tests d’évaluation d’acquisition des connaissances.

Pour le 2ème semestre 2018, j’ai appris que le 3ème module « indus » se transforme en module « domotique » (bande de veinards !!!!) au niveau national.

L’Afpa fournit les outils (avec inventaire d’entrée et de sortie) ainsi que les EPI.

On a le droit de garder les chaussures de sécurité, les gants en caoutchouc isolés et les surgants en cuir à la fin.

Nous travaillions dans des boxs de deux, avec au milieu un atelier.

AFPA Reconversion électricien avis élève
Box de travail de l’AFPA

Nous avions chacun un mur d’environ 8m² et au fond, une armoire pour le module industriel.

Une perceuse à percussion pour deux et c’est parti pour réaliser des centaines de trous durant ces 7 mois….

Le matériel est usé à force d’être utilisé, les appareillages en piteux état : c’est faire de la rénovation avec du vieux !

AFPA Reconversion électricien
Matériel un peu usé de l’AFPA

Il y a une salle de cours et une mini salle informatique. La salle de cours sert très peu et durant la formation, inutile d’acheter des bouquins : vous allez être inondé de documents photocopiés.

Bon, j’avoue : j’ai quand même acheté « l’Officiel de l’électricité » édité par Promotelec, ainsi que celui sur les « établissements recevant du public ».

Une formation pour tous les niveaux:

La progression est …progressive.

Mais c’est la répétition qui permet de prendre de l’assurance, de s’améliorer, d’acquérir les bons gestes. Et il ne faut pas oublier que le niveau est très hétérogène. Tout le monde n’apprend pas à la même vitesse !

Si j’ai un regret, c’est que nous n’ayons pas eu un aperçu plus large des différents moyens utilisables (chevilles à frapper, molly, attaches Raymond, etc…).

Mais cela fait partie des charmes de l’apprentissage continu, de l’esprit de curiosité.

Pendant cette formation, le statut des « élèves » est aussi varié que leur origine : toujours salarié de leur entreprise, ou bien touchant les allocations chômage.

Et pour ceux en fin de droit ou sans droit, la région versait une indemnité d’un peu moins de 600€ par mois.

Pour tous, le coût de la formation était pris en charge par la région.

Conclusion sur ma reconversion électricien:

En conclusion, je dirai que la formation est suffisante pour débuter : votre premier patron ne se risquera pas à vous laisser seul équiper et câbler un TGBT !!!

Il faudra faire vos preuves et démontrer votre sérieux, rigueur et motivation.

Si vous avez des questions, je répondrai dès que je le peux : je n’arrête pas de bosser, penser et rêver élec…..

 

Electricien professionnel, je vous propose de partager mon métier, mes conseils et mes astuces à travers les différents articles de ce blog en électricité. Bonne lecture!

11 Commentaires

  1. Bonjour,

    J’ai 51 ans, et je sors moi aussi, tout récemment, d’une formation AFPA de 9 mois en électricité spécialisée domotique (TEAB Technicien en Électricité et Automatismes du Bâtiment), à Grenoble.

    Je corrobore les propos de Guillaume. Mais, comme partout, cela dépend des hommes. Pour ma part, j’ai eu deux formateurs (un en électricité générale, l’autre en automatismes/domotique). Je passe sur le premier formateur, pas assez investi à mon goût (les pauses interminables dont parle Guillaume par ex.) ; mais le deuxième était vraiment très bien, très investi. En plus, il était vraiment passionné par la domotique et le plateau disposait d’un matériel très bien entretenu (par lui) et abondant. Quant on connaît le prix des composants KNX, c’est remarquable… Donc de super conditions de travail.

    Bref, j’ai vécu une très bonne année, même si, comme le dit Guillaume certaines choses seraient à revoir.

    A noter que depuis janvier 2017, l’AFPA n’est plus une association, mais une entreprise privée, soumise aux appels d’offres. Cela change tout, surtout en termes de durées des formations, qualité et contenu.

    Avenir nuageux…

    Serge MICHEL
    Watt Else

    • Bonjour Serge,

      Merci pour ce retour très instructif. Par contre, ce n’est pas moi qui est fait cette formation, mais Marc, un reconverti qui témoigne.

      Cordialement

      • Bonjour Guillaume,

        Oui, j’ai lu le billet un peu trop vite, ou plutôt en me focalisant sur le contenu, sans m’arrêter sur son auteur.

        Et un grand bravo pour votre blog, très bien fait ; bien écrit ; instructif ; accessible ; objectif ; abordant des sujets variés. Je ne rate jamais une publication.

        J’ai été Directeur de Projet dans une Web Agency (il faudra un jour que je raconte mon parcours pro, un vrai roman !) et je sais la somme de travail que cela représente pour maintenir “vivant” un tel site.

        Cordialement,
        Serge – Watt Else

    • L’AFPA est en effet devenu un “EPIC” Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial et soumis à la concurrence depuis 2009. J’avais senti des remous lors de la sorti d’articles de journaux sur la situation très délicate de l’AFPA : déficit chaque année d’environ 100M€ pour un CA de 800M€….. Bref le modèle à du mal à s’adapter à la concurrence et quand je vois l’état déplorable des locaux et des outils de mon centre…..

  2. Bonjour
    Un témoignage intéressant d’autant plus que j’ai enseigné comme formateur d’adultes en formation continue avec des publics en reconversion sociale, dans un colége technique et en parallèle dans une école d’ingénieurs.
    La question qui me vient, est sur la validité de la formation présentée ici, est-ce par un CAP ou un BEP ?
    Autre question concernant votre projet personnel, une première formation d’électricien est-elle acceptée au niveau de la chambre des métiers désormais ? Jadis ils réclamaient au technicien qui voulait s’installer artisan d’avoir passé les divers niveaux de qualification… OP1.2.3 puis OQ1.2.3 jusque OHQ ce qui réclamait au moins 5 ans de pratiques comme employé.
    Trés bien aussi de se relancer dans cette voie en arrivant dans le club des jeunes séniors…:-)) Bonne suite.

    • Bonjour Ekoloman,

      Pour ma part (TEAB), il s’agit d’un Titre Professionnel (niveau IV) + habilitations électriques.
      Au niveau de la chambre des métiers, il faut, soit avoir un diplôme (niveau CAP mini), soit justifier d’un emploi en temps qu’électricien pendant au moins trois ans.

      Donc, j’ai pu, après cette formation, monter mon entreprise (Ce sera la troisième, après une de services informatiques, et une autre de maçonnerie en restauration de patrimoine). Il faudra un jour que je raconte mon parcours professionnel, plutôt riche d’expériences diverses…

      Bonne journée.
      Serge MICHEL – Watt Else

    • Bonjour Ekoloman,

      J’avais moi-même été quelque temps formateur pour des licences pro en RH : pas le même public et j’avais apprécié la manière qu’avait eu notre formateur pour gérer les “pétages de plombs” de certains…

      Il s’agit d’un CAP et pour l’installation en tant qu’entrepreneur, les Chambres des Métiers précise le type de diplôme (CAP, BEP, etc…) ou 3 ans d’expériences en tant que salarié du secteur (qu’il faut prouver).
      A cela, avant l’inscription, un stage obligatoire de 5 jours de préparation à l’installation. A l’issu vous recevez un numéro de SIRET.
      Mon ami qui s’était installé juste après son diplôme, m’avait précisé que le plus “embêtant” avait été le montant de la prime d’assurance décennale, puisque “jeune” électricien. Cette prime a ensuite baissée rapidement puisqu’il n’avait pas eu de sinistres.

  3. J’ai eu un parcours un peu similaire au votre, c’est à dire gros diplôme (maitrise d’histoire) besoin et désir de reconversion. J’avais déjà côtoyé l’électricité dans une activité antérieur (éclairagiste de spectacle) mais franchement je n’y connaissait pas grand chose (à posteriori je me dis que j’ai eu de la chance de ne pas mourir). Ma formation à l’afpa de Bayonne effectué il y a une quinzaine d’année me laisse un très bon souvenir. Oui la formation pas à pas reste souvent assez basique et n’insiste pas sur la théorie et les principes (à la limite on vous dit ça marche comme ça et c’est tout) mais rien n’empêche de se questionner d’aller plus loin de solliciter le formateur. (c’est comme à la fac si tu compte juste sur les cours et les TD tu vas rien comprendre et arriver à rien). J’ai bien aimé le module indus c’est insuffisant pour faire de l’élec industriel mais ça procure une certaine ouverture et puis c’est marrant de se casser la tête sur des schéma en jonglant avec les fins de courses, temporisateurs et relais en tout genre. Ca permet en tout cas de ne pas être complètement con quand on un jour on se retrouve devant un automate. Personnellement j’estime que ma formation à l’AFPA ne m’a pas appris à être electricien mais m”a donné les outils pour apprendre à le devenir. C’est en intérim que je crois que j’ai vraiment appris mon métier. Mais sans l’afpa au démarrage je crois que n’aurait été possible

  4. Bonjour je dis merci à tous de nous faire partager vos avis expériences et surtout au niveau de la norme NFC 15 100 Car à mon avis l’électricité le génie électrique c’est de l’art la création avec des normes

  5. Bonjour a tous

    Merci Marco pour les conseils donnés c est top

    a ce jour je suis technicien support en informatique , assis 7 heures par jour devant mon poste et mon téléphone l envie est forte de devenir electricien , c est un rêve .

    amoureux du bricolage et de l électricité , j ai ouvert mes droits et demandé une reconversion en cif-cdi auprès de l’ afpa / la formation est en février 2018 j attend avec impatience d’avoir une réponse et je croise les doigts qu elle soit positif .

    Avez vous des recommandation , cela a t il été simple et facile pour vous d entrée en formation ?
    apres la reconversion y a t il du boulot facilement dans le domaine ?

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here