Je reviens régulièrement sur des éléments fondamentaux de l’installation électrique. Dans cet article, c’est un matériel du tableau électrique que je vais disséquer: le disjoncteur.

Il y a pas mal d’informations techniques sur cette protection du tableau électrique que je vous propose de découvrir en suivant cette structure:

  • Son rôle dans l’installation électrique.
  • Les différents types de disjoncteurs (et les symboles électriques).
  • Le fonctionnement de ce composant du tableau électrique.
  • Les caractéristiques techniques (courbe de fonctionnement, pouvoir de coupure, taille).

Je vais utiliser le terme de disjoncteur dans l’article mais il s’agit en fait d’un terme un peu plus technique (que j’explique): le disjoncteur magnéto-thermique.

Enfin, bien que je vais donner beaucoup d’informations techniques sur le disjoncteur dans ce qui va suivre, sachez qu’on peut aller encore plus loin. Mais je veux avant tout donner des informations utiles à la compréhension du fonctionnement et qui peuvent servir sur chantier.

Définition et rôle d’un disjoncteur électrique:

Le disjoncteur fait partie des organes de protection de l’installation électrique.

Il est installé dans le tableau électrique.

Il assure un rôle de protection pour les récepteurs qui sont branchés en bout des circuits électriques.

A ce titre, un disjoncteur procure une protection contre deux types de défauts:

  • Une protection contre les surcharges : il s’agit d’une surconsommation du récepteur branché sous le disjoncteur.
  • Une protection contre les court circuits : C’est un défaut correspondant à un contact direct entre phase et neutre.

Ces incidents peuvent mener à des destructions localisées (un appareil électrique) ou à des dégâts bien plus importants (incendie d’origine électrique).

Chacun de ces défauts mérite un article à lui seul pour expliquer le phénomène. Je vous propose de retrouver un article ici sur le court circuit électrique, celui sur la surcharge est à venir.

Fonctionnement du disjoncteur:

Le plus intéressant en ce qui concerne le disjoncteur, c’est de comprendre comment les défauts sont détectés et quelle est la réponse apportée par ce matériel électrique.

Je vous propose dans un premier temps d’étudier l’aspect technique qui permet au disjoncteur de détecter la surcharge ou le court circuit.

Ensuite, je vous indiquerai ce qui se passe pour répondre au problème.

Méthode de détection des défauts d’un disjoncteur:

Détection Magnétique:

Le disjoncteur est équipé d’un système de détection de court circuit.

Cette détection se fait à l’aide d’un circuit magnétique (une bobine pour faire simple) capable de détecter une forte augmentation du courant électrique qui traverse le disjoncteur.

Le symbole de la protection magnétique est un demi cercle. Il est en corrélation avec la représentation schématique de la bobine en électricité.

On peut retrouver ce demi cercle sur le symbole électrique du disjoncteur:

symbole électrique disjoncteur divisionnaire
Symbole de la protection magnétique

Détection Thermique:

Pour la détection de surcharge, le disjoncteur est constitué d’un matériel thermo-mécanique. Il réagit en fonction de la température, qui est en relation directe avec le phénomène électrique de surcharge.

En terme un peu plus technique, on parle souvent de bilame pour assurer ce fonctionnement.

Le symbole de la protection thermique est un carré avec un côté ouvert.

On peut retrouver cette représentation de la protection thermique sur le symbole électrique du disjoncteur:

Symbole électrique protection thermique du disjoncteur
Symbole de la protection thermique

Une protection Magnéto-thermique:

Ces deux protections couplées, magnétique et thermique, donnent un nom un peu plus technique au disjoncteur qui est dit magnéto-thermique.

Par raccourci dans la profession, on parle de disjoncteur. Mais si le terme est omis, il n’en reste pas moins très important.

Une protection électronique:

Les systèmes de détection évoqués ci dessus peut aussi être remplacés par des capteurs électroniques.

Ce n’est plus une protection magnétothermique mais une protection électronique qui assure le même rôle de détection.

Fonctionnement d’un disjoncteur en cas de défaut:

Lorsqu’il y a danger en électricité, il faut l’écarter rapidement et mettre en sécurité la partie impactée par ce danger.

Le disjoncteur, qui protège donc comme je l’ai expliqué contre les courts-circuits et les surcharges, va entrer en action en isolant électriquement la partie où se situe le défaut.

Concrètement, il va sectionner le passage du courant en ouvrant mécaniquement les pôles de connexion électrique.

Visuellement, lors d’une panne, la manette de manoeuvre de l’appareil est positionnée sur OFF ou 0 (selon constructeur).

disjoncteur divisionnaire coupé
Position 1 – ON à gauche, Position 0 – OFF à droite

Types de disjoncteurs et symboles électriques:

Si le fonctionnement et le rôle du disjoncteur sont établis, il existe cependant plusieurs types de disjoncteurs.

Ils sont caractérisés par :

  • Le nombre de pôle : selon le cas d’utilisation, le disjoncteur peut avoir une protection sur plusieurs fils électriques. Il possède alors plusieurs bornes de connexion appelées pôles.
  • Les fonctionnalités supplémentaires : les deux fonctions de protection du disjoncteur – court circuit et surcharge – sont, pour certains modèles, complémentées par d’autres fonctionnalités pour créer un bloc multi-protection.

Voici chacun de ces disjoncteurs associés de leurs symboles électriques:

Unipolaire:

Le disjoncteur unipolaire est un disjoncteur qui ne possède qu’une borne d’entrée et une borne de sortie. La protection ne s’effectue que sur un fil électrique.

Voici le symbole électrique du disjoncteur unipolaire.

dijoncteur électrique unipolaire
Symbole du dijoncteur unipolaire

Unipolaire+neutre:

Le disjoncteur unipolaire + neutre, ou 1P+N, est un disjoncteur à deux bornes.

La protection contre la surcharge et le court circuit s’effectue sur un seul pôle.

Mais lors du déclenchement du disjoncteur, ce sont les deux bornes qui sont coupées.

Le symbole électrique récapitule l’explication. Les pointillés indiquent que les deux contacts sont liés et agissent en même temps.

disjoncteur phase neutre avec coupure simultanée
Représentation symbolique du disjoncteur unipolaire + neutre

Ce disjoncteur est utilisé dans les tableaux électriques résidentiels.

Bipolaire:

Un disjoncteur bipolaire possède aussi deux bornes. La différence avec l’unipolaire + neutre, c’est que la protection est valable pour les deux conducteurs branchés au disjoncteur (phase et neutre).

disjoncteur magnéto thermique bipolaire
Symbole modèle bipolaire – protection sur le neutre et la phase

Triphasé:

Un disjoncteur divisionnaire triphasé est destiné, comme son nom l’indique, à protéger des récepteurs électriques alimentés en triphasé.

Il possède 3 pôles (pour les trois phases).

Voici le symbole électrique du disjoncteur triphasé:

disjoncteur triphasé symbole schéma électrique
La protection thermique et magnétique se fait sur les trois bornes

Tétrapolaire:

Un disjoncteur tétrapolaire possède 4 bornes en entrées (et quatre en sortie).

Il protège les appareils alimentés en triphasé qui nécessitent un conducteur de neutre.

Disjoncteur électrique tétrapolaire explication
Le disjoncteur tétrapolaire possède 4 poles (3 phase et un neutre)

Différentiel:

Un disjoncteur différentiel est un modèle qui possède, en plus de ses fonctions de protection de base, la caractéristique de protection différentielle.

C’est un combiné entre le disjoncteur magnéto-thermique et l’interrupteur différentiel. C’est le cas par exemple du Disjoncteur DT40 de Schneider Electric.

Il peut être monophasé ou tétrapolaire (2 bornes ou 4 bornes).

Pour plus d’informations à ce sujet, j’ai écrit un article complet sur le disjoncteur différentiel.

Caractéristiques techniques:

Les informations techniques qui concernent les disjoncteurs sont fournies pour la plupart sur la face avant d’un disjoncteur, au niveau du marquage.

Voici par exemple les informations inscrites sur un disjoncteur legrand (données issues de cette documentation en ligne):

Disjoncteur courbe C Legrand 25 ampères
Exemple de marquage en face avant sur un C25 de Legrand
description technique disjoncteur divisionnaire
Schéma et tension nominale

Intensité et tension nominale:

  • La Tension nominale d’un disjoncteur, c’est la tension de fonctionnement normal du matériel. Le disjoncteur a été conçu pour fonctionner à cette valeur de tension.
  • L’intensité nominale, c’est l’intensité maximale qu’un disjoncteur peut supporter de (manière continue) dans son fonctionnement normal. Dans le cas d’un dépassement de cette intensité nominale et selon le type de disjoncteur et de condition, il peut avoir un déclenchement du disjoncteur.

Pouvoir de coupure:

Le pouvoir de coupure d’un disjoncteur, c’est sa capacité à résister à un courant de défaut.

Au delà de ce courant, le disjoncteur ne pourra plus assurer un rôle de protection.

Ainsi, un disjoncteur avec un pouvoir de coupure de 6 KA peut jouer son rôle de protection  en encaissant un courant maximal de six mille ampères pendant un temps donné.

Courbes de fonctionnement d’un disjoncteur:

Si je parle de courbes, cela fera peut être remonter de mauvais souvenirs de mathématiques à certains d’entre vous. Et oui effectivement il s’agit bien d’une caractéristique du disjoncteur qui est en relation avec un graphique mathématique.

Mais pas la peine de parler de dérivée, de coefficient directeur ou de pente pour expliquer le principe de courbe de fonctionnement pour un disjoncteur.

En fait, il faut se référer aux critères de protection du disjoncteur que j’ai évoquées ci dessus, la surconsommation de courant électrique (ou surcharge) et le court circuit.

Un disjoncteur déclenche au delà d’une valeur de courant consommé par le récepteur qu’il protège. Mais dans certains cas cette surconsommation peut être passagère et normale.

Exemple de surconsommation de moteur:

C’est par exemple le cas d’un moteur, qui au démarrage a besoin de plus d’intensité pour se lancer.

Le pic initial de courant, ou appel de courant, peut être plus important que le courant nominal du moteur.

Un moteur qui consomme 12 ampères est protégé par un disjoncteur 16A. Mais au démarrage, ce moteur va avoir besoin de plus de courant pour se lancer, 50 ampères par exemple. En théorie, un disjoncteur calibré à 16A verra se pic de consommation comme un défaut et se coupera.

Mais on peut résoudre ce phénomène en choisissant un disjoncteur adapté qui accepte cette demande initiale.

C’est la qu’intervient la notion de courbe de fonctionnement pour un disjoncteur.

Le graphique du temps en fonction de l’intensité:

Quand on représente la fonction de protection d’un disjoncteur, on le fait grâce à une courbe.

C’est un graphique mathématique de l’évolution du temps de déclenchement en fonction du courant d’entrée:

courbe de fonctionnement d'un disjoncteur électrique Legrand
Exemple de courbe de fonctionnement (C et D) pour un disjoncteur Legrand

Sur ce graphique (ici un exemple du fabricant Legrand) sont représentés:

  • Au niveau de l’axe des abscisses (axe horizontal): le courant électrique exprimé en multiple du courant nominal du disjoncteur – In – donnée inscrite sur le disjoncteur.
  • Sur l’axe des ordonnées (axe vertical): le temps de déclenchement exprimé en secondes.

Ce qu’on remarque en analysant ce graphique, c’est que plus le courant d’entrée est important (axe horizontal), plus le temps de déclenchement est faible. C’est cohérent avec la fonction de protection de court circuit du disjoncteur qui va réagir rapidement en cas d’augmentation importante et rapide de l’intensité.

On peut aussi voir sur le graphique que le disjoncteur déclenche lorsque le courant augmente de façon moins importante mais pendant longtemps, ce qui caractérise une surcharge.

Mais dans ce graphique, la différence ce fait au niveau de deux courbes, la courbe C et la courbe de fonctionnement D.

Par exemple, en lisant deux données du graphique:

  • Le disjoncteur courbe C va déclencher au bout de 1 seconde si il mesure un courant électrique de 6 fois l’intensité nominale.
  • Un disjoncteur avec une courbe de fonctionnement type D, déclenchera au bout du même temps pour environ 10 fois l’intensité nominale.

Les différentes courbes pour un disjoncteur:

Il existe plusieurs courbes caractéristiques de fonctionnement de disjoncteur pour répondre à des besoins précis.

Voici les différentes courbes de fonctionnement et leur applications:

  • Courbe B: Ce disjoncteur est utilisé pour détecter les court-circuit de faible valeur (entre 3 et 5 fois le courant nominal).
  • Courbe C: C’est le modèle utilisé dans les installations électriques domestiques. Il se déclenche en cas de surcharge à partir de 5 à 10 fois le courant nominal.
  • Le disjoncteur courbe D: Ce matériel autorise les pics de courant transitoires et temporaires avec un seuil de déclenchement à partir de 10 fois le courant nominal.
  • Courbe Z: Le disjoncteur courbe Z est adapté pour la protection des récepteurs très sensibles au court circuit. Il déclenche entre 2 et 3 fois le courant nominal. Il est utilisé pour le matériel électronique.
  • Courbe MA: C’est un disjoncteur un peu particulier car il ne possède pas de protection contre les surcharges. Le disjoncteur courbe MA est dédié au démarreurs de moteur qui demande un forte intensité au démarrage. Le courbe MA déclenchera en magnétique à partir de plus de 10 fois le courant nominal.

On retrouve ces informations (ainsi que celle expliquées ci dessus), sur le graphique suivant de Schneider Electric.

disjoncteur courbe Z et MA fonctionnement
Comportement en surcharge et court-circuit pour trois modèles de courbes B C et D

Dimensions, hauteur et largeur en module:

C’est une autre caractéristique importante du disjoncteur, ses dimensions.

La taille d’un disjoncteur s’exprime en module. Il s’agit de la largeur.

C’est une unité de référence dans le tableau électrique qui est valable pour toutes les marques de matériel électrique.

Un disjoncteur legrand de 1 module de large sera identique à un disjoncteur Hager ou Schneider Electric qui mesure un module de large.

On parle aussi parfois de “disjoncteur modulaire”.

Du côté pratique, un module mesure 18 mm de large.

taille module disjoncteur 18mm
Mesure d’un module de 18mm de largeur
largeur d'un disjoncteur selon le fournisseur de matériel électrique
Quelque soit la marque du matériel – ici Schneider Electric ou Hager, un module de large est identique chez tous les fabricants de disjoncteurs

Selon le type de disjoncteur et la technologie, il peut mesurer plusieurs modules de large. C’est le cas des disjoncteurs différentiels, des disjoncteurs triphasés et tétrapolaire.

Un disjoncteur “classique” phase – neutre pour le résidentiel mesure un module de large.

Dans un tableau électrique 13 modules, on peut donc installer 13 disjoncteurs sur la rangée.

Cela reste théorique, puisqu’il faut aussi installer un interrupteur différentiel en tête de rangée le plus souvent. D’autres composants occupent également de la place: contacteur jour nuit, télérupteur….

En ce qui concerne la hauteur du disjoncteur est est également standard pour la partie visible car le disjoncteur doit passer au niveau des rangées du plastron du coffret électrique.

Nombre de bornes:

Je l’ai évoqué un peu au dessus, il existe des disjoncteurs de plusieurs types.

La différence majeure entre ces modèles, c’est le nombre de bornes.

  • Unipolaire: une borne d’entrée, une borne de sortie.
  • Unipolaire + neutre: deux bornes d’entrée, deux en sortie.
  • Bipolaire: deux bornes hautes, deux bornes basses.
  • Triphasé: 3 bornes en entrée, 3 bornes de sortie.
  • Tétrapolaire: 4 bornes en entrée, 4 bornes en sortie.

Le choix d’un disjoncteur qui se fait dans un premier temps en fonction de son nombre de pôles, c’est donc une caractéristique principale.

On parle aussi de bornes d’un disjoncteur, de borniers ou même de cage.

largeur disjoncteur électrique tétrapolaire
A gauche, une référence tétrapolaire de 2 modules de large. A droite, un modèle unipolaire + neutre de un module de large

Branchement et schéma électrique du disjoncteur:

Installation dans le tableau électrique:

Le disjoncteur se branche dans le tableau électrique.

Il est fixé au rail du coffret électrique à l’aide d’un système d’amarrage à l’arrière du disjoncteur.

Ce système peut différer selon les fabricants de matériel électrique.

Le plus souvent, il s’agit d’un système avec un ressort qui vient “s’agripper” au rail du tableau électrique.

comment fixer un disjoncteur sur un rail de tableau électrique
Sur ce modèle Hager, la fixation se fait avec un système à ressort métallique. La partie du bas est mobile uniquement

Mais certains fournisseurs proposent des modèles différents qui viennent se connecter électriquement et se fixer en même temps. C’est le cas de la technologie Resi 9 de schneider Electric.

Branchement électrique haut et bas:

Un disjoncteur (quelque soit le modèle) possède deux zones pour les connexions électriques:

  • Les borniers de connexions en haut du disjoncteur, situées en amont.
  • Les bornes en bas, dites en aval.

Bornes en amont (connexions hautes du disjoncteur):

Ces bornes situées en haut du matériel électrique peuvent accueillir:

  • Les connexions d’un peigne électrique: c’est la configuration la plus basique en résidentiel. Le disjoncteur est alimenté par le dessus en sortie d’un interrupteur différentiel.
  • Des fils électriques: Ce type de branchement est plus rare pour les tableaux électriques domestiques puisque c’est le peigne qui est utilisé. Mais il peut avoir des disjoncteurs alimentés par le haut pour la protection du départ du tableau électrique divisionnaire. Par contre, le raccordement au niveau des bornes hautes avec du fil électrique est utilisé plus souvent en industriel et tertiaire, sur des disjoncteurs triphasés ou tétrapolaires. Le disjoncteur est alimenté depuis un bornier de répartition.

Bornes en aval (connexions électriques basses du disjoncteur):

En sortie du disjoncteur, ce sont toujours des fils électriques qui sont utilisés.

Ces fils vont directement aux appareils de commandes et récepteurs ou peuvent circuler par une boite de dérivation intermédiaire pour câbler les schémas électriques.

Connexions automatiques ou à vis:

Dernière information au niveau du branchement des fils électriques au disjoncteur.

Les bornes d’un disjoncteur magnéto-thermique peuvent être:

  • A vis: c’est le système le plus ancien. Le branchement électrique se fait à l’aide d’un tournevis isolé.
  • A connexion automatique: C’est un système plus récent inspiré de ce qui se fait au niveau des connecteurs automatiques pour réaliser les schémas électriques (les plus connus étant les wagos). Il faut dénuder le fil électrique et le pousser dans des borniers de connexions situés sous le disjoncteur.

Le choix du type de connexion, vis ou automatique, est en général à la discrétion du professionnel (ou du particulier) qui a l’habitude de travailler avec une technologie en particulier.

La connexion automatique, si elle coute un peu plus chère, est plus pratique dans la mise en oeuvre et le branchement des fils électriques aux disjoncteurs.

Pour avoir un aperçu je vous propose de lire l’article que j’ai rédigé sur le matériel électrique Hager ou j’installe des disjoncteurs (et interrupteurs différentiels) à connexion automatique.

Exemple et Zoom sur un disjoncteur de la marque Hager

Je vous propose d’aller un peu plus loin et de rentrer dans la pratique en prenant pour exemple un disjoncteur Hager unipolaire+neutre.

Pourquoi ce modèle ? Car c’est une marque que j’ai l’habitude d’installer dans les tableaux électriques résidentiels.

Mais je possède un exemplaire transparent (merci Hager) qui permet de voir l’extérieur et surtout l’intérieur.

disjoncteur hager intérieur
Une maquette transparente Hager pour voir ce que contient un disjoncteur

Le disjoncteur magnéto-thermique vu de l’extérieur :

Mécanisme de sectionnement:

Le disjoncteur est équipé d’un système qui de fermer les contacts pour laisser passer le courant ou pour ouvrir ces contacts.

Ce sectionnement se fait en face avant du disjoncteur à l’aide de la manette.

coupure disjoncteur passage courant électrique
Manette servant au sectionnement

Mécanisme de connexion dans le tableau électrique:

La fixation sur le Rail du coffret électrique se fait au niveau du mécanisme situé à l’arrière du disjoncteur.

fixation disjoncteur tableau électrique
Mécanisme de fixation sur le rail du coffret électrique

Ce système est composé de deux parties:

  • Il y a une première partie fixe qui vient s’accrocher sur le haut du rail.
  • La seconde partie du mécanisme est mobile.

La pose et le retrait du disjoncteur sur le rail se fait en utilisant un tournevis plat et en agissant sur la partie mobile.

Il faut baisser cette partie mobile vers le bas pour ouvrir le mécanisme et libérer (ou fixer) le disjoncteur du coffret électrique.

Disjoncteur divisionnaire hager, description
Partie basse amovible pour fixation dans le tableau électrique

Bornes de connexions:

Enfin, le disjoncteur est équipé de deux bornes de connexion électrique en amont, et deux bornes en aval.

Ici, ce sont des connexions à vis.

A l’intérieur du disjoncteur:

C’est un peu plus compliqué de voir l’intérieur, mais avec cette maquette Hager, il est possible d’apercevoir deux éléments du disjoncteur pour le tableau électrique.

Circuit magnétique et détection de court circuit:

Assez facile à apercevoir, le mécanisme de protection contre les courts-circuits est composé d’une bobine.

Elle réagit en fonction de l’augmentation brutale du courant qui correspond à un court circuit électrique.

C’est un système de protection basé sur une variation de champ magnétique.

bobine disjoncteur électrique
Mécanisme de détection de courant de court circuit

Bilame et détection de surcharge:

Un peu plus compliqué à apercevoir, le bilame qui entre dans la protection contre la surcharge, est un élément qui vient agir sur le mécanisme de sectionnement.

Comment? Sa forme se modifie en fonction de l’élévation de température et vient “appuyer” sur le mécanisme de sectionnement pour ouvrir le contact et sécuriser le circuit électrique.

C’est un système de protection basé sur une variation mécanique.

bilame électrique dans un disjoncteur
Le bilame assure la protection thermique contre les surcharges de courant

Questions courantes à propos du disjoncteur électrique:

Différence entre disjoncteur et porte fusible?

Si le porte fusible (ou plomb électrique comme il est parfois appelé) est en voie de disparition, la question reste valable puisqu’on trouve encore des portes fusibles.

La différence en terme de protection entre un disjoncteur et un fusible est identique.

Le fusible protège aussi contre la surcharge et le court circuit électrique.

La différence se fait au niveau du mode de fonctionnement:

  • Le fusible est à usage unique. Après protection contre un défaut et correction de la panne électrique, il doit être remplacé.
  • Le disjoncteur quant à lui peut être réarmé. Lorsqu’un incident apparaît et que le passage du courant est interrompu, il suffit de ré-enclencher le disjoncteur (après avoir corrigé le défaut).

Peut on réutiliser des vieux disjoncteurs?

Lors d’une rénovation électrique, on intervient parfois sur un tableau électrique qui possède déjà des protections. Ces dernières sont encore valables du point de vu normatif: des interrupteurs différentiels et aussi des disjoncteurs anciens.

Il est tentant de vouloir réutiliser les protections de l’ancien coffret pour faire des économies, puisque le tableau électrique reste un gros budget pour une installation électrique.

Mais il y a une inconnue vis à vis de ces anciens composants électriques. Depuis combien de temps servent-ils et surtout à quel type de défaut ont ils été soumis?

Pour balayer le doute, il ne faut jamais réutiliser de vieux disjoncteurs pour faire un nouveau tableau électrique.

Peut on réutiliser de vieux disjoncteur électrique
Dans le cas d’une rénovation électrique de tableau (avant rénovation ici) il ne faut pas reprendre d’anciens disjoncteurs

Je nuance quand même mon propos.

Vous rénovez un tableau que vous avez réalisé quelques temps plus tôt (pour déplacer le tableau électrique par exemple)?

Si vous savez qu’il n’y a eu aucun problème sur l’installation électrique, vous pouvez réutiliser les disjoncteurs.

Phase à droite, et neutre à gauche sur un disjoncteur, est ce obligatoire?

Lorsque j’ai réalisé mes premiers schémas électriques, il m’est arrivé par erreur de mettre la phase à gauche et le neutre à droite (j’ai effectué les corrections depuis).

Alors, est ce vraiment une erreur importante?

Oui ça l’est, puisque sur un disjoncteur en résidentiel, la protection est faite sur le conducteur de phase uniquement. Et c’est sur la borne de droite que se fait cette protection.

Pourquoi le neutre n’est pas protégé contre les surcharges et court circuit en monophasé résidentiel?

Dans un circuit électrique, le courant qui parcoure la phase et le neutre est identique.

Si défaut il y a, il suffit de le détecter sur un seul des conducteurs. C’est pour cela que la détection de surcharge et de court circuit s’effectuent que sur la phase.

Sens de branchement: peut on brancher un disjoncteur à l’envers?

Si, comme je l’ai expliqué ci dessus, la convention et l’usage veulent qu’on alimente un disjoncteur par le haut avec la sortie vers le bas, il est tout à fait possible de faire l’inverse.

C’est d’ailleurs signalé dans les notices des disjoncteurs.

Mais, brancher un disjoncteur à l’envers pose plusieurs soucis:

  • Un premier de nature sécuritaire. Si le disjoncteur est laissé avec les informations écrites dans le bon sens et que l’alimentation se trouve en bas, c’est une source de confusion pour celui qui interviendra sur le circuit électrique. Il s’agit aussi d’une question de fonctionnement au niveau d’une partie (la chambre de l’extinction de l’arc électrique) qui n’est efficace que dans un sens de branchement. Cette notion m’a été apportée en commentaire par des lecteurs (merci!).
  • Un second d’ordre esthétique, si il est retourné tête vers le bas par rapport à la lecture du marquage mais aussi vis à vis de l’ensemble du coffret électrique. On s’approche d’une installation électrique “à la numérobis” (voir Astérix et Cléopatre pour mieux comprendre).

Ce type de branchement est fortement déconseillé, même si un marquage est indiqué au niveau du disjoncteur.

Dans tous les cas, une vérification de l’absence de tension au niveau du disjoncteur permettra de lever le doute dans ce cas de figure.

Achat de disjoncteurs:

Quelle marque choisir?

Le grand débat qui divise les électriciens professionnels. Quelle marque choisir pour un disjoncteur (ou pour tout le tableau électrique).

Pour avoir essayé (presque) toutes les marques de matériel électrique, en partant du début de gamme pour aller vers le haut du panier, je citerai trois marques:

  • Schneider Electric.
  • Hager.
  • Legrand.

Je ne prendrai pas partie pour l’une ni pour l’autre puisqu’elles ont toutes des côtés techniques intéressants.

Mais pour ne parler que des disjoncteurs électriques de ces trois marques, ils sont:

  • Fiables dans le temps.
  • Robustes.
  • Faciles à brancher.
choisir une marque de disjoncteur
Il existe de nombreuses marques de matériel électrique et un choix assez important au niveau disjoncteur

Quel prix pour un disjoncteur?

Répondre à une telle question reviendrai à répondre à la question suivante: Quel est le prix d’une voiture?

Cela n’a pas beaucoup de sens si on ne dispose pas d’informations techniques supplémentaires.

Vous vous douterez bien qu’il y a une différence de prix. Un disjoncteur unipolaire+neutre utilisé en résidentiel pour protéger un circuit de prises électriques ne coutera pas le même prix qu’un disjoncteur tétrapolaire utilisé en industrie.

Je peux vous donner une fourchette de prix.

prix d'un disjoncteur divisionnaire
Donner le prix d’un disjoncteur? Difficile compte tenu du nombre de paramètres à prendre en compte

Je vous ai donné une fourchette non?

Plus sérieusement, beaucoup de critères rentrent en ligne de compte, la marque du matériel en fait d’ailleurs partie.

Le seul disjoncteur qui a un prix a peu près fixe est celui qui sert dans l’habitat (unipolaire+neutre). Il faut compter entre 8 et 12 euros TTC pour un modèle de gamme professionnelle.

Les disjoncteurs résidentiels à prix discount:

Vu que je parle de prix, je fais un aparté sur les disjoncteurs premiers prix, les modèles “Discount”. Il est possible de trouver un disjoncteur pour tableau électrique à moins de 5 euros TTC.

Pour être intervenu plusieurs fois sur des installations équipées de ce type de disjoncteur, je peux vous donner un conseil: FUYEZ.

Même si le disjoncteur est homologué (et certifié) pour être installé en France, il n’en reste pas moins que c’est une catastrophe au niveau pratique. Borniers qui ne serrent pas correctement, disjoncteurs qui s’ouvrent en serrant la vis, plastiques qui cassent….

Autant de caractéristiques qui font que j’ai du remplacer des tableaux électriques complets ayant moins de 5 ans à cause de matériel électrique très bas de gamme.

Ou acheter les disjoncteurs au meilleur prix?

J’ai volontairement parlé de “meilleur prix” dans ce titre pour en fait vous faire comprendre que ce n’est pas uniquement le prix qui doit être un critère de décision pour acheter un disjoncteur.

Il faut aller plus loin et pouvoir bénéficier du service de l’intermédiaire qui vend du matériel électrique:

  • Délais de livraison.
  • Disponibilité et stock important.
  • Réactivité en terme de SAV.

Ces trois critères sont importants pour moi en tant qu’électricien professionnel. Ils sont d’ailleurs valables pour l’ensemble du matériel électrique et pas uniquement quand il s’agit d’acheter des disjoncteurs.

J’ai plusieurs sources d’approvisionnement:

  • Mes fournisseurs en local.
  • Mes fournisseurs à distance sur le net. Parmi ces derniers, voici les liens vers les pages spécifiques à la vente de disjoncteurs puisque c’est le sujet de cet article:

Conclusion:

Je pense avoir fait “le tour” du disjoncteur à travers cet article.

Il reste encore quelques notions de théorie à aborder, mais ces dernières ne sont pas forcément “utiles” en terme de compréhension de ce matériel du tableau électrique.

Si vous n’avez pas eu le courage de lire l’article en entier, voici ce qu’il faut en retenir:

  • Le disjoncteur est une protection du tableau électrique.
  • Il protège les biens matériels contre les dangers de la surcharge et de court circuit électrique.
  • Il est disponible dans différentes “versions” qui permettent de répondre à des besoins en fonction du type d’installation (monophasé / triphasé) et du comportement du matériel qu’il protège.

10 Commentaires

  1. Bonjour Guillaume,
    Un grand merci pour cette article, et aussi tous les autres !
    Cela doit te prendre beaucoup de temps, mais c’est toujours aussi agréable à lire.
    Bonne continuation !
    Greg

  2. Bonjour,
    Je pense qu’il y a 2 coquilles :
    La 1ère est dans l image illustrant détection magnétique et intitulée détection thermique

    La seconde sur le sens du montage d un disjoncteur.
    On peut alimenter un disjoncteur par le haut ou par le bas, le disjoncteur fonctionnera pareil mais par contre, placé tête en bas, la protection ne sera plus assurée en cas de court circuit de façon optimale.
    La chambre devant servir à absorber l arc électrique sera sous les lames contacts et le disjoncteur va se prendre la flamme sur une partie moins protégée.
    Un disjoncteur ne peut pas non plus être monté à plat sauf modèle spécial

    • Bonjour,

      Effectivement, il y avait une erreur au niveau des photos, j’ai corrigé.

      Concernant votre seconde soumission, je vais étudier la question.

      Merci en tout cas.

      Cordialement

      Guillaume

  3. Super article, ça ma fait un sacré rappel de mon passée d’électricien 🙂
    Je vous conseil dans le lancement de votre propre wiki/gitbook sur l’électricité vu la qualité de rédaction de vos publications.

  4. Bonjour Guillaume,

    Oui aucun souci
    Je monte mes disjoncteurs en les alimentant indifféremment par le haut ou par le bas, par exemple pour une suite sectionneur / fusible / disjoncteur thermique réglable.
    Pour les magnéto thermique chez un particulier, je fais de même, j indique In et Out pour faciliter le repérage si quelqu’un passe après moi (le plan ne suffit pas) pour un petit tableau secondaire.
    Pour un tableau principal, comme j’utilise les peignes, c’est plus simple : je vais mettre tous mes IN en haut ou en bas sauf pour le 300mA d entrée de ligne

    Pour ce qui est de placer le disjoncteur “dans le bon sens”, mis à part des schémas de coupe et des vidéos de fonctionnement de la chambre pour étouffer l arc, je ne trouve pas l information sur Google (pas le temps de creuser). On a vu ce point en cours BA4 et BA5 sur les sécurités électriques.
    Sur un coffret de chantier posé au sol, disjoncteurs à plat, il y a moyen de faire sortir l arc par le levier d armement (disjoncteur foutu bien entendu)

  5. Bonjour Guillaume étant formateur en habilitation électrique je complète la réponse sur le sens de cablage du disjoncteur .Il faut bien l’alimenter poar le haut car le role de la chambre de coupure ne peut que ce faire dans ce sens . Dans l’autre sens la chambre de coupure ne va pas étouffer l’arc
    Ceci dis très bonne présentation

  6. Bonjour.
    Petite différence néanmoins sur le plan théorique entre la cartouche fusible et le disjoncteur magnéto-thermique, ce dernier reste plus rapide au niveau de la coupure. C’est pour cela d’ailleurs que la norme autorise désormais avec l’usage de ces disjoncteurs, de diminuer les sections des circuits (prises en 1.5 mm² par exemple). Même si à ce niveau nous sommes dans l’ordre des millisecondes…
    Salutations
    Ekolomam

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here