Il y a plusieurs années j’ai créé ma société après m’être reconverti pour devenir électricien.

Sacré challenge puisque je n’avais pas beaucoup d’expérience dans le domaine de l’électricité: des réalisations personnels et surtout pas mal de stage en entreprises.

Beaucoup me disait que j’étais fou et que j’allais droit dans le mur: je remercie toutes ces personnes qui m’ont donné la motivation d’éviter ce mur et de l’enjamber.

En effet, j’ai réussi à passer le fameux cap de 5 ans et je gère aujourd’hui mon petit business sereinement.

Oui mais, ca n’a pas été sans mal…

Pour la création:

C’est probablement l’étape à laquelle je ne pensais pas galèrer autant: la création de la société.

Vu que je voulais faire pas mal de chose seul (dans l’optique d’économiser un peu d’argent, car je démarrai uniquement sur des économies personnelles), j’ai pris à bras le corps les différentes étapes de création: étude de marché, choix du statuts, investissement initiaux.

électricien a son compte
La paperasse, le cauchemar pour se mettre électricien à son compte

Cette phase m’a tellement pris de temps que j’ai failli jeter l’éponge plusieurs fois!

Pour débuter l’activité:

Une fois les problèmes de création enjambés, il m’a fallu trouver mes premiers clients.

Difficile lorsqu’on n’est pas très commercial dans l’âme (je sortais des bureaux d’étude en électronique quelques temps auparavant) et qu’on ne connait pas les cibles qui répondent le mieux.

Clairement, j’y suis allé au hasard.

Et le hasard fait parfois bien les choses, ou mal!

Je ne vais pas vous cacher que j’y suis allé tout azimut, dans tous les sens pour essayer de trouver des clients: publicités dans les boites aux lettres, distribution de cartes de visites, coup de téléphone, réunion dans des centres d’affaires etc….

clients électricien
Difficile de trouver la bonne cible de clients

Bref, beaucoup de brassage d’air pour des résultats parfois décevants voir inefficaces.

Mais à force de persévérer, j’y suis arrivé.

Mais avec le recul, j’aurais pu aller directement à l’essentiel pour trouver mes premiers clients, en étant beaucoup plus efficace.

Pour développer mon affaire:

Enfin, il arrive un moment ou les affaires commencent à tourner.

En bien ou en mal, mais elles tournent.

J’entends par là que même si j’arrivais à en vivre après quelques temps, c’était au sacrifice d’énormément d’heures de travail.

Je ne suis pas quelqu’un de fainéant, mais je me voyais mal faire ça toute ma vie.

J’ai donc décidé de prendre le problème à l’envers pour mettre à plat toutes mes affaires et essayer de recentrer sur le plus efficace et le plus rémunérateur, tout en optimisant au mieux mon activité.

Ca a mis pas mal de temps, mais j’y suis arrivé aujourd’hui.

électricien indépendant: formation
après pas mal de tests et de galères, j’ai fini par trouver les bonnes pratiques pour gérer sereinement ma société d’électricité

Ce qui m’a permis de mettre au point une formation pour vous éviter tout ça:

Clairement, je pense que j’ai voulu faire beaucoup trop de chose sans m’appuyer sur des personnes compétentes dans leur domaine à chaque étape de mon activité.

J’aurai du me faire conseiller ou faire appel à des personnes ayant vécu toutes ces phases pour m’éviter de dépenser du temps (et de l’argent) dans des étapes qui n’en vallaient pas forcément la peine.

Après tout ces tests, ces réussites mais aussi ces échecs, je me suis dit que je devais pouvoir apporter une réponse à tout ceux qui sont dans le même où j’étais à l’époque quand je voulais me lancer.

J’ai donc créé une formation complète pour les personnes désirant se mettre électricien à leur compte.

Cette formation contient tout le cheminement que je prendrais aujourd’hui si je devais créer une société.

Elle permet d’économiser énormément de temps et donc d’argent en allant à l’essentiel.

Je partage avec vous tous mes conseils au niveau de la création de la société, des techniques pour débuter l’activité et pour l’optimiser.

J’ai mesuré toutes mes actions pour vous en donner les résultats.

J’ai utilisé des techniques traditionnelles pour obtenir mes premiers clients, mais j’ai mis aussi au point des solutions personnelles, hors des sentiers battus.

Enfin, j’ai rédigé cette formation en m’appuyant sur du vécu: Je n’ai jamais vu de conseils de cette sorte dans les livres ou les formations dispensées dans les centres spécialisés.

Cette formation a un seul but: permettre à celui qui veux se mettre électricien à son compte de créer une activité avec les bonnes bases, de la débuter en trouvant rapidement des clients et d’optimiser son fonctionnement en travaillant dans les secteurs à forte valeur ajoutée.

Alors si vous souhaitez vous lancer maintenant ou d’ici quelques temps, c’est ici que ça se passe!

 

Electricien professionnel, je vous propose de partager mon métier, mes conseils et mes astuces à travers les différents articles de ce blog en électricité. Bonne lecture!

1 commentaire

  1. Bonjour.
    Souvenirs souvenirs…. d’un ancien jeune qui est passé lui aussi par ce parcours créatif, mais au siècle dernier.
    Je conseillerai déja ce qui était obligatoire jadis avant de s’inscrire dans une chambre des métiers, qui imposait alors d’avoir une formation d’électricien officiellement reconnue (CAP/BEP) et ensuite 5 années de pratiques avec passages des qualifications jusqu’à OHQ. Il faut savoir répondre aux divers clients et surtout sur le plan technique, ce qui signifie d’avoir aussi eu une approche diversifiée dans le métier. J’ai connu des électriciens dans des grosses boites qui faisaient continuellement les mêmes choses comme poser les finitions ou tirer les lignes sur des chantiers qui ne maîtrisaient pas l’ensemble d’un chantier seul…. Les choses ont changé depuis puisqu’il suffit de savoir ce qu’est une casserole désormais pour devenir cuisinier et ouvrir son restaurant, ce qui se généralise dans beaucoup d’autres secteurs malheureusement et au détriment de la qualité….. Pour un débutant actuellement je lui conseillerai d’avoir une bonne formation notamment en dépannage et de se limiter à des interventions rapides qui ne réclament pas trop de matériel ni d’inverstissement ni perte de temps. Les services de dépannage du bâtiment ne prennent pas de risques et assurent des marges rapides, alors que des chantiers complets vous laissent tributaires de trop d’élements externes (clients et architectes ou promoteurs, durée des travaux, déplacements nombreux non payés….).
    Ne pas penser que les gros chiffres d’affaires et les gros chantiers soit meilleurs, cela ne fait pas la marge ni la qualité de vie des électriciens indépendants, j’en ai connu de nombreux qui aprés avoir frisé des dizaines d’employés sont revenus à la raison seul et ils vivaient bien mieux. Bonne chance aux volontaires.

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here