La partie la plus longue de vos travaux est terminée? Vous avez fini depuis longtemps de tirer vos fils électriques à l’intérieur de vos gaines ICTA? Les appareillages électriques sont branchés, le tableau électrique est câblé et relié à l’alimentation électrique générale?

“Ca sent la fin” (et pas le sapin!).

Mais il vous reste une étape: la mise en service de l’installation électrique.

Explications:

C’est quoi la mise en service de l’installation électrique?

Revenons à la base de l’article. Les travaux sont totalement terminés, tout est câblé, alors pourquoi ne pas y aller franco et “balancer le jus partout”?

Pourquoi ne pas mettre tous les interrupteurs différentiels sur “ON” et les disjoncteurs et activer le disjoncteur de branchement?

C’est envisageable.

Mais imaginez qu’il y ait une panne sur un de vos circuits électriques, comment allez vous le détecter?

Certes, vous avez la possibilité de procéder à un dépannage électrique et par la même occasion de perdre du temps.

Non. Il faut en réalité faire une mise sous tension progressive et contrôler l’installation électrique au fur et à mesure. C’est ce qu’on appelle la mise en service de l’installation électrique.

Cette façon de procéder (que je vais vous présenter) est issue du domaine de l’électricité tertiaire et industrielle.

Pourquoi dans ce milieu en particulier?

Les tableaux électriques sont beaucoup plus gros et la mise sous tension peut avoir des implications au niveau du matériel branché. La mise en service est alors obligatoire.

Comment faire la mise en service?

L’outillage:

La mise en service d’une installation électrique doit être effectuée avec de l’outillage spécifique.

Que vous soyez pro ou particulier, vous devez posséder de toute façon ces outils puisque vous réalisez les travaux en électricité:

  • Un multimètre / voltmètre: il sert à contrôler la valeur de la tension avant l’activation des circuits. Je vous conseille le modèle multimètre Fluke que je présente ici.
  • Un jeu de tournevis isolés: il sert à contrôler les serrages des vis des disjoncteurs, interrupteurs différentiels ou encore borniers électriques. J’utilise ce lot de tournevis isolés E-robur.
Mise en service de l'installation électrique étape par étape
Le multimètre est indispensable pour effectuer la mise en service de l’installation électrique

Avant de faire la mise en service:

Contrôle des serrages.

Je viens juste d’aborder le sujet avec l’utilisation des tournevis isolés. Le contrôle des différents serrages des connexions à vis dans le tableau électrique est indispensable avant de faire la mise en service.

Ce contrôle s’effectue:

  • Au niveau des borniers d’alimentation électrique générale.
  • Sur les bornes amont des interrupteurs différentiels et en aval si les connexions existent.
  • Sur les bornes amont des disjoncteurs au niveau de tous les départs (bornes en aval des protections).

Le contrôle des serrages est encore plus important en triphasé pour éviter la rupture de neutre et les conséquences qui en découlent.

Que faire avant de mettre une installation électrique sous tension
Contrôler les serrages au niveau de chaque protection du tableau électrique est indispensable. Ici, les bornes d’alimentation d’un interrupteur différentiel Hager

Mise à 0 des disjoncteurs, interrupteurs différentiels et de l’alimentation électrique générale:

Le test de l’installation se fait par étape et de façon organisée (voir après le détail chronologique).

Il faut pour cela que toutes les protections du tableau électrique soient «tombées» ou mise à 0 / Off.

  • Les disjoncteurs.
  • Le ou les interrupteurs différentiels.
  • Les éventuels disjoncteurs différentiels ou interrupteurs sectionneurs.
  • L’alimentation principale au niveau du disjoncteur 500mA (celui installé par ERDF).
Mise hors service du tableau électrique
La mise en service de l’installation électrique débute par une mise hors service générale au niveau du tableau électrique

Vérification des circuits terminaux:

La vérification suivante est également indispensable avant de débuter la mise en service.

Il s’agit de contrôler tous les organes terminaux où arrivent les fils électriques:

  • Les prises électriques.
  • Les sorties de cable.
  • Les points lumineux.
  • Les commandes (interrupteurs).

Tous les fils électriques flottants doivent être sécurisés avec un domino ou un wago pour éviter tout risque d’électrisation.

La vérification de présence et de valeur de tension sera faite sur ce connexions si elles ne sont pas terminées au moment de la mise en service de l’installation électrique.

Vérification de l’absence de court circuit:

Cette dernière étape vise à contrôler qu’il n’y ait pas de court circuit dans le tableau électrique.

Attention, ce test s’effectue HORS TENSION.

Concrètement, il faut utiliser un multimètre en position testeur de continuité et sonder le tableau électrique pour vérifier qu’aucun neutre ne soit en contact avec la phase.

Il faut tester chaque connexion électrique en amont des disjoncteurs, au niveau des borniers d’alimentation et des protections différentielles.

Si il y a continuité, cela signifie qu’il y a un mauvais branchement dans le tableau électrique et une connexion phase neutre. Il faut dans ce cas résoudre le problème avant de mettre en fonctionnement l’installation.

Mise en service de l’installation en 15 étapes:

Un peu de vocabulaire:

Dans la description si dessous, j’utilise quelques termes techniques du métier. Il sont évidents pour un électricien, moins pour un novice:

  • Amont: en haut. Pour un disjoncteur divisionnaire, les bornes amonts sont les bornes du situées en haut, qui reçoivent les peignes électriques.
  • Aval: en bas. Au niveau d’un disjoncteur, ce sont les bornes de départ vers le circuit électrique.
  • ID: acronyme pour simplifier le terme d’interrupteur différentiel.
  • Circuit terminal: branchement électrique qui se trouve en bout de ligne: prise électrique, sortie de câble, appareil électroménager….
borne amont aval test dans le tableau électrique
Explication amont / aval ici sur un sectionneur tétrapolaire

Procédure de mise en service:

  1. Mise sous tension de l’alimentation électrique générale.
  2. Vérification de la tension au niveau des borniers électriques principaux (phase – neutre).
  3. Vérification de la tension aux bornes amont des interrupteurs différentiels.
  4. Activation d’un premier interrupteur différentiel.
  5. Vérification de la tension en amont des disjoncteurs branchés sous cet ID.
  6. Mise en fonctionnement du premier disjoncteur.
  7. Vérification de la tension au depart sous ce disjoncteur.
  8. Vérification du fonctionnement du circuit terminal.
  9. Mise en marche du disjoncteur suivant.
  10. Vérification de la tension au depart sous ce disjoncteur.
  11. Vérification du fonctionnement du circuit terminal.
  12. Répétition des étapes 9 a 12.
  13. Activation de l’interrupteur différentiel suivant.
  14. Répétition des étapes 5 a 12.
  15. Répétition des actions 13 et 14 jusqu’à avoir testé tout le tableau électrique.

Méthode bis:

Il existe une autre méthode qui consiste à activer tous les disjoncteurs d’une rangée un par un, de faire les tests de tension sous ces disjoncteurs et de vérifier ensuite les points terminaux.

Mais cette méthode est moins organisée et moins sécuritaire vis a vis des risques liés aux extrémités des circuits électriques si ces derniers n’ont pas été sécurisés par oubli.

Conclusion:

La procédure que je vous ai proposé dans cet article vous paraît fastidieuse?

C’est pourtant de cette façon qu’il faut procéder pour faire une mise en service de l’installation électrique dans les règles de l’art.

De cette manière, toute panne éventuelle est détectée rapidement et l’installation électrique est testée dans son intégralité.

A noter que normalement, il faut aller encore plus loin au niveau des contrôles en faisant un test d’isolation avec un mégaohmètre au niveau des circuits de terre.

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here