Aujourd’hui, je publie un article qui n’est pas en relation directe avec les travaux d’installation électrique, mais qui est directement lié à ce blog: Ma reconversion professionnelle. Sans cette dernière, ce site n’existerait pas. J’aborde cette période de ma vie, non pas par narcissisme, mais parce que je reçois beaucoup de mail de personnes qui souhaitent faire de même, mais qui ne savent pas par où et comment commencer.

Si vous ne l’avez pas encore lu (j’en parle sur la page d’accueil), j’ai changé d’orientation professionnelle il y a quelques années pour me consacrer au métier d’artisan électricien. Alors comment passe t-on de l’atmosphère feutrée et climatisée des bureaux d’études au dur métier du bâtiment?

L’élément déclencheur:

Le travail est soumis à pas mal d’aléas, mais certains sont plus difficiles à vivre que d’autre. J’étais prestataire de service dans l’électronique embarquée, spécialisée dans la conception de FPGA: Des petites puces (pas celles qui grattent) qui servent de calculateurs notamment dans les avions: Travail très intéressant, beaucoup d’investissement personnel, mais pas beaucoup de retour après coup (je vous invite à lire le guide noir du consultant pour connaître un peu mieux le métier chez les prestataires de service)  C’est dans une grande firme européenne qui réalise des avions que j’ai d’ailleurs mis fin à ma jeune carrière d’électronicien suite à divers prises de bec mais aussi à force de me sentir un peu inutile. Attention, je parle de mon cas et je ne me permets pas de dire que mes anciens confrères étaient eux aussi inutiles. Juste un ressenti personnel.

Pourquoi le métier d’électricien?

Premièrement, je connaissais les métiers du BTP (bâtiment et travaux publics) pour y avoir travailler pendant mes vacances d’été plusieurs années de suite. Il vaut mieux dans ce cas, car l’ambiance est totalement différente entre les bureaux d’études et le chantier (beaucoup plus “masculine” dirais-je)

Deuxièmement parce que je possédais la théorie en électricité, qui se rapproche grandement de celle de l’électronique (beaucoup de cours en électricité dans mon cursus scolaire)

Comment franchir le cap?

Après mûres réflexions, j’ai demandé à mon employeur une rupture conventionnelle, me permettant de me lancer dans mon projet de reconversion en ayant une aide financière (une partie des allocations chômages) Certains diront que je suis profiteur, à ceux la je répondrai que je peux leur donner mes taux de cotisations et de prélèvements obligatoires actuels (je ne m’étends pas sur le sujet…..) qui compensent largement ce que j’ai pu toucher.

Comment se reconverti t-on artisan?

J’avais préparé le terrain avant d’aller m’inscrire chez Paul (Pôle Emploi) avec un plan de formation et un business plan pour la création de ma future société.

Gonflé à bloc, jamais aussi motivé de ma vie. Réponse “Trop diplômé Monsieur”. Rien de tel pour vous énerver.

J’ai donc décidé de m’autofinancer et j’ai repassé un CAP PRO ELEC. J’avais 27 ans,  j’avais passé plus de 20 ans à étudier, et je me retrouvais avec des gosses de 14 ans avec la voix de Kevina et un tableau de bord sur la figure: Déroutant au début, mais motivant à la fois. Ça m’a permis de changer mon regard sur la jeunesse actuelle, parfois en bien et parfois en mal.

diplôme électricité préparation et réalisation d'ouvrages électriques
Le gral qui m’a permis de changer de métier pour devenir électricien

Alternance de stage, de formations pour finir par une épreuve diplômante. Rien de bien compliqué, le niveau a malheureusement atteint un niveau particulièrement bas. A la fin de ce périple, je montais ma société en électricité et démarrais mon activité, mais ça, c’est un autre sujet!

Une aventure que je ne regrette pas et que je referais sans hésiter!

 

Electricien professionnel, je vous propose de partager mon métier, mes conseils et mes astuces à travers les différents articles de ce blog en électricité. Bonne lecture!

27 Commentaires

  1. Bonjour,
    Je suis également électricien, je pratique ce métier moi aussi suite à une reconversion professionnel. Je viens des métiers du spectacle vivant où j’étais à la fois metteur en scène et régisseur lumière, métier passionnant mais où il est très souvent difficile de gagner sa vie. Suite à divers bouleversements dans ma vie et un bilan de compétence je me suis orienté à 40 ans vers l’électricité du bâtiment. J’ai suivis une formation courte mais excellente dans un centre AFPA sanctionner par un diplôme du ministère du travail (équivalent à un CAP) et depuis je bosse et je dois dire que souvent je m’éclate dans mon boulot. Mon conseil aux débutants serait de faire de l’intérim ainsi en peu de temps ils acquièrent beaucoup d’expérience en voyant des chantiers très différents (je suis ainsi passer de la construction d’un stade à un travail de rénovation dans des logements habités) avec des entreprises très différentes. En restant à l’affut on découvre des trucs et tour de mains très différents on a aussi l’occasion de tester des matériels différents.

  2. Bonjour Guillaume et JLP,
    merci pour ce blog qui me permet d’affiner ma vision du métier d’électricien. Je suis sur le point d’effectuer une reconversion professionnelle un peu comme vous. Je me retrouve dans l’histoire de Guillaume, notamment avec ses diplômes et le fait d’avoir travaillé dans de grandes entreprises (webmarketing et commercial). Je suis inscrit dans une réunion AFPA concernant le métier d’électricien d’équipement @JLP moi qui n’est aucun bagage théorique en électricité, sauf ce qu’on a vu au collègue / lycée, comment était la formation et comment ta vision du métier a changé entre ce à quoi tu t’attendais et la réalité ? @Guillaume et JLP : pour le futur, je me dis que l’électrotechnique est susceptible de m’intéresser par la suite car j’envisage de continuer à développer mes compétences dans l’électricité et l’énergie. Est-ce que vous savez si la transition se fait facilement au fur et à mesure ? Merci pour votre temps et bonne journée ! Julien

    • Bonjour,

      concernant l’électrotechnique, c’est un métier qui offre des possibilités effectivement.

      Mais attention à ne pas mettre tout ses oeufs dans le même panier

      Pour moi la réussite du métier d’électricien passe par plusieurs sous activités qu’il faut savoir faire pour avoir de l’activité en permanence.

      Guillaume

      • Merci Guillaume pour ta réponse ? Quelles sont les qualités ou sous-activités intéressantes d’après ton expérience pour avoir de l’activité ? Mon idée de base est de commencé dans l’élect en batiment, faire quelques temps en intérim pour acquérir de l’expérience sur plusieurs chantiers, me faire la main et ensuite trouver une entreprise. Ensuite, après avoir bien maîtriser les bases de mon métier, continuer à élargir mon champs de compétences.
        Julien

        • Bonjour Julien,

          Le tertiaire est un secteur qui demande toujours des interventions (maintenance, mise en conformité).

          Il existe quelques marchés de niche (comme le relamping de magasin) mais qui nécessitent un effort commercial important.

          Autrement, la sous traitance est une très bonne option pour démarrer son activité d’électricien.

          Cordialement

          Guillaume

  3. Salut Guillaume,
    J’ai 35 ans et je souhaite me reconvertir électricien. Je suis actuellement réceptionniste polyvalent saisonnier dans un grand camping depuis 8 ans avec quelques expériences en Irlande notamment.
    A l’origine, j’ai un BAC STI génie électronique et un BTS assistant technique d’ingénieur.
    Aujourd’hui je suis marié, j’ai 2 enfants, j’ai besoin d’une meilleure stabilité pro et un meilleur salaire.
    En théorie, je suis doué, mes matières préférées étaient les maths, la physique, et l’électronique. En pratique, j’aime bricolé, même si je n’en ai pas toujours l’occasion, j’aime les travaux manuels. Je suis patient,prudent, loyale, rigoureux, un peu perfectionniste. J’aime les responsabilité et l’autonomie. Mes défauts sont la timidité,une image un peu “nonchalant”, pas très costaux, je ne dégage pas une grande assurance. Je ne suis pas très rapide, je ne vois que d’un seul œil.
    Après avoir lu pas mal de choses sur le métier d’électricien, je compte faire CAP électricizn du bâtiment en alternance en CFA.
    J’ai quelque questions.
    – aujourd’hui, y a t’il encore des postes à pourvoir ?
    – chez un artisan ou dans une plus grande entreprise : quels peuvent être les horaires de travail ?
    -est ce que les temps de trajets sont rémunérés ?
    – est-ce un métier compatible avec la vie de famille (avoir du temps le soir et les week’end pour ses enfants, pouvoir prendre des congés pendant les vacances scolaires pour partir en vacance en famille…).
    – sur les chantiers, est ce que la cohésion entre les métiers se fait bien, ou est-ce que tu tombes sur des têtes de pioches qui ne veulent rien savoir et qui te freinent dans ton boulot ?
    – est ce qu’on se blesse souvent (coupure, écorchure…)? Est ce qu’on se prend des “coup de jus” ?

    Ce qui m’intéresse le plus : le diagnostic, la résolution de problème, la réparation, le mise aux norme, l’installation de matériel, le conseil au client, la recherche d’économie d’énergie. Ce qui m’intéresse le moins : faire des trous au burineur avec le bruit et la poussière (le risque de prendre de la poussière dans les yeux), le travail sur escabeau dans la durée.

    Je te remercie par avance pour tes réponses et tes conseils.

    Cordialement

    Lio

    • Bonjour,

      Merci pour cette question complète.

      Pour répondre dans l’ordre:

      Il y a des postes à pouvoir oui, plus selon certaines régions.
      Les horaires de travail sont généralement autour des 35/40h avec des plages classiques (8h 16/17h).
      En tant que salarié, c’est compatible avec la vie de famille. En tant qu’indépendant, tout dépend l’organisation.
      La cohésion se passe globalement très bien en règle générale.
      Côté blessure, on y échappe pas avec le temps, mais jamais rien de grave.

      Pour ce qui est des activités, il y a plein de secteurs différents à exploiter. Mais poussière et salissures sont toujours au rendez vous.

      J’espère avoir pu t’aider.

  4. Coucou,

    Je suis tombée sur votre blog par hasard 😉
    Je souhaite me reconvertir dans ce domaine, je me renseigne sur les formations professionnelles type AFPA… Je sais que cela ne délivre pas le diplôme…
    Je précise que je suis une (femme) de 38 ans, actuellement contractuelle dans la fonction publique en tant que professeure en Sciences Economiques et Sociales, de formation master en économie et gestion de entreprise.
    Un CAP est obligatoire pour ouvrir son entreprise ? Et vous dîtes avoir passer le diplôme à côté d’ado… donc si je comprends bien vous êtes retourné sur les bancs de l’école ?

    Merci par avance

    • Bonjour,

      Je suis effectivement retourné auprès d’ado pour passer mon CAP. C’était un choix d’ordre économique puisque j’ai du financer personnellement ma formation.

      Cordialement

  5. Bonjour Guillaume,
    Merci pour toutes ces infos !
    Je suis actuellement en train de négocier une rupture conventionnelle avec mon employeur pour suivre une formation d’électricien par la suite.
    J’ai lu ton témoignage avec beaucoup d’attention et j’ai une question à te poser :
    Sur d’autres sites, il nous est conseillé de commencer en tant que salarié afin de “se faire la main”, alors que toi tu as de suite monté ta société après l’obtention de ton CAP. Apparemment ça t’a réussi donc c’est parfait ! mais n’avais-tu pas peur de te retrouver chez les clients et de ne pas savoir comment réparer la panne? De quels supports t’es tu servi pour être de suite opérationnel?
    D’avance merci pour ta réponse
    Mathia

    • Bonjour,

      J’avais déjà pas mal d’expérience dans le bâtiment par le passé. Ensuite, j’ai travaillé pas mal en sous traitance au début, ce qui m’a permis de monter en compétence doucement.

      Cordialement

  6. Bonjour, je suis fonctionnaire (Hé oui !!!), j’envisage une reconversion professionnelle comme electricien. je recherches actuellement des solutions de financement, car, en tant que fonctionnaire, je n’ai le droit que de pleurer sur les demandes d’aides que je tente de mettre en place !!!!!. Il paraitrait que je devrais rester fonctionnaire à vie ? J’ai lu vos commentaires qui m’ont donné un coup d’air frais. Si tu veux tu peux. Je continue de m’activer pour devenir Artisan. Vive les artisans!!!
    Steeve

  7. Bonjour Guillaume,
    Bravo pour votre beau parcours et merci pour cet article !
    J’aurais une question si vous me le permettez, car vous pourriez peut être m’aiguiller :
    Je suis ingénieur en grande entreprise depuis 11 ans, sans rapport avec le métier d’électricien, mais j’ai commencé mon cursus scolaire avec BEP-CAP d’électrotechnique que j’avais obtenus à l’époque.
    Je veux maintenant quitter mon emploi pour me lancer en affaires, en tant qu’électricien à mon compte.
    Problème : je n’ai pas d’expérience terrain et je dois en acquérir.
    Que me conseilleriez-vous pour acquérir de l’expérience rapidement? Existe-t-il des stage de remises à niveau pour les personnes dans mon cas ?
    Merci et bel été à vous !
    Julien

    • Bonjour,

      Je n’ai pas de solution à ma connaissance.

      Deux options s’offrent à vous:

      Refaire une formation complète qui vous permettra de vous remettre à jour et de pratiquer un peu sur le terrain en stage
      Trouver un électricien qui acceptera de vous former sur chantier, mais à voir sous quel statut vous pouvez opérer à ce niveau

      Cordialement

      • Bonjour Guillaume,
        Est-il possible d’avoir plus de détails sur le parcours que vous avez suivi?
        Pensez-vous qu’il soit possible de se faire former directement par un artisan sans passer par la case reprise d’études?
        Vous avez vécu grâce aux indemnités de chômage durant votre formation?
        Merci
        Cordialement

        • Bonjour,

          J’ai suivi une formation “à la carte” dans un Lycée privé car j’ai du autofinancer ma formation. J’ai donc axé la demande sur la pratique et surtout les stages en entreprise pour passer mon CAP en candidat libre.

          Tout est possible (en ce qui concerne la formation par un artisan), reste à savoir sous quel statut?

          J’ai effectivement profité d’une rupture conventionnelle qui m’a permis de bénéficier de mes allocations chômage durant la phase de formation et de création de ma société.

          Cordialement

  8. Bonjour

    Merci pour votre blog il est super.

    J’ai envie de me lancer aussi. En faisant une rupture conventionnelle.

    J’ai une formation en cap/bep électrotechnique, un bac pro équipement et installation électrique, ainsi que d’un bts électrotechnique.

    Depuis 2005 je suis facteur et j’ai envie de faire une formation en domotique via l’afpa.

    Ma seule peur c’est est ce que je vais y arriver? Car j’imagine arriver chez le client et ne pas trouver la panne… ça la fout mal.

    J’ai bricoler un peut chez moi, dans la famille ou même chez des amis. Je sais que depuis 2005 les normes ont changé et j’en passe.

    J’ai envie de devenir artisan pour vivre de mon boulot, non pas gagner des millions d’euros mais juste de quoi vivre.

    Je suis en train de me tâter le pour et le contre.

    Cordialement

    • Bonjour,

      Vous n’avez qu’une seule vie, tentez votre chance. Si c’est vraiment ce que vous voulez et que vous ne le faites pas, vous en reparlerez encore pendant vos vieux jours.
      Et si jamais ca ne fonctionne pas, vous pourrez toujours retrouver autre chose.

      Courage, il n’y a rien de bien compliqué. Si vous êtes motivé et sérieux, vous y arriverez sans aucun problème.

  9. Bonsoir,
    Merci pour tout ces renseignements et ce partage ! Rien d’étonnant si je vous dis que j’envisage une reconversion pro, je suis aide soignante et j’ai envie de travailler différemment, d’apprendre de nouvelles choses. Je tombe de cul en apprenant que les CFA n’acceptent pas les plus de 25ans… j’ai eu écho que les patrons n’étaient pas chaud d’embaucher des électriciens qui sortaient de l’afpa et la formation par les compagnons du devoir est trop loin de chez moi.. donc soit je change d’idée et je choisis une formation des compagnons du devoir pas loin de chez moi (menuisier par exemple) soit…. je continue à exercer mon métier qui me blase un peu plus chaque jour…
    En tout cas félicitations à tout les courageux qui réussissent 😉

    • Bonjour,

      Il y a la solution de l’interim au début pour se faire la main. Ca fonctionne très bien et c’est une bonne façon de trouver un emploi à terme. J’ai plusieurs exemple de personne ayant fait une reconversion sans être du domaine, qui sont passées par la case interim et qui ont maintenant un CDI dans une entreprise d’électricité.

      Si votre métier ne vous satisfait pas, changez, c’est important vu le temps qu’on y passe!

      • Bonjour et merci de votre réponse ☺️
        D’après vous ça n’est pas si handicapant de suivre une formation à l’afpa sans effectuer de stage ? Il ne s’agirait pas de se retrouver seule lors d’une mission d’intérim sans avoir l’expérience du terrain 😅
        Je vais dans un premier temps faire un stage pour découvrir le métier et par la suite je me renseignerai davantage sur les options de formations.
        Pareil je ne trouve pas de réelles explications différenciant l’électricien du bâtiment et l’électricien industriel… la formation est elle identique ou non ?

        • Bonjour,

          L’idéal serait effectivement d’effectuer un stage découverte chez un artisan pour voir si le métier vous plait.

          Le mieux reste de choisir une formation avec des stages terrain au milieu de la formation pour prendre un peu d’expérience.

          Ensuite en interim, on vous proposera des missions basiques dans un premier temps. Après plusieurs mois, vous pourrez monter en compétences.

          Entre électricité industrielle et résidentielle il y a un monde de différent. C’est comme deux spécialités différentes en médecine par exemple. Le socle est le même, mais la pratique différente avec des notions plus poussées dans chacun des domaines.

          Je préparerai un sujet la dessus un jour.

          • Bonne comparaison, en effet si on passe un CAP PROE on n’est pas armé pour de l’industriel si je comprends bien.
            Entre temps j’ai continué mes recherches et le fait d’être titulaire du bac pourrait ramener un CAP à une durée d’an. De plus ma belle mère vient de m’apprendre qu’on pouvait faire un CAP jusqu’a 30 ans.
            C’est donc décidé le mois prochain si je peux me le permettre je ferais un stage puis le nécessaire pour me former si je ne me trompe pas de voie.
            Quelle type d’entreprise conseilleriez vous pour découvrir le métier mais aussi pour un contrat d’alternance ?
            A terme est il possible par exemple de travailler chez EDF ou faut il être spécialiste de l’industriel ?
            Merci énormément du temps que vous prenez pour répondre ☺️🙏🏻

            • Le CAP PROELEC est plutôt orienté résidentiel même si il y a une partie industrielle.

              Pour l’entreprise et le stage découverte, un petit artisan. C’est là qu’on voit le plus de chose.

              Il faut s’armer de patience car on récolte souvent des refus. Le mieux reste de faire marcher le bouche à oreille pour trouver quelqu’un qui veuille bien vous accepter une petite semaine.

              L’alternance reste le mieux mais un peu compliqué de trouver une entreprise qui prenne des personnes.

              Je vous déconseille les grosses entreprises comme ERDF et consort, vous ne verrez pas grand chose.

Laissez un commentaire ici (les commentaires apparaissent après modération)

Please enter your comment!
Please enter your name here