L’électricité industrielle, définition et enjeux du métier

0
611
électricité industrielle, définition du métier d'électricien

Il y a pas mal de temps déjà, j’abordai un thème d’article sur un secteur particulier du métier d’électricien, l’électricité dans le tertiaire. Aujourd’hui, je vous propose de parler d’un autre pan d’activité, l’électricité industrielle.

Celle ci est un peu différente que sa cousine (le tertiaire) car elle nécessite de mettre en oeuvre d’autres compétences et d’utiliser du matériel électrique différent.

Je vais dans un premier tenter de vous donner une définition du secteur de l’électricité industrielle. Puis je vais parler de quelques éléments plus concrets, notamment au niveau de la norme et de l’activité de l’électricien en elle même.

Cela reste un article généraliste et j’essayerai de revenir plus tard sur des points précis de ce secteur du métier de l’électricien, un domaine vaste et passionnant.

L’électricité dans le secteur industriel, définition:

Dans l’expression “Électricité industrielle” il y a industrie, cela n’a pas du vous échapper.

Alors pour donner une première définition, il faut se tourner vers celle du mot industrie.

Sur wikipedia (ici) on peut lire que le secteur de l’industrie se caractérise par la transformation de matières premières (ou ayant subi déjà une transformation) en biens de consommations.

Cette transformation se fait à l’aide de machines et d’automates.

définition secteur électricité industrielle
Le secteur de l’industrie se caractérise par la transformation de produit: ici par exemple, une chaine d’embouteillage.

Et c’est là que le terme “électricité” prend son sens.

L’électricité industrielle, c’est la mise en place et l’entretien des installations électriques des machines et moyens mécanisés qui servent à la production.

Travailler dans le domaine de l’électricité industrielle, c’est donc travailler depuis le tableau électrique jusqu’aux organes terminaux: moteurs, machines outils, automates, robots….

C’est donc un domaine très vaste et varié.

L’électricité industrielle en pratique, qu’est ce qu’il y a de différent?

Compte tenu de la largeur de spectre du domaine de l’électricité industrielle, cette dernière est bien différente de ce qui se fait en électricité résidentielle par exemple.

Il y a des différences:

  • De norme électrique.
  • Au niveau du matériel électrique employé.
  • Dans le savoir et les compétences de l’électricien professionnel.
  • Dans la cadence et les conditions de travail pour un électricien.

Les différences de normes:

Dans l’absolu, la norme électrique ne change pas l’objectif principal. Que se soit en résidentiel ou en industriel, le but est de protéger les biens et les personnes.

Et pour cela, il faut suivre les “guidelines” de la norme (pas toujours simple à comprendre et interpréter d’ailleurs).

La complexité d’une installation électrique industrielle étant supérieure a son homologue résidentielle, cela implique qu’il y a de notions supplémentaires a connaître.

Un exemple?

Il existe des dispositifs différentiels avec une sensibilité de déclenchement de 300ma en industriel qui ne peuvent pas être utilisés en résidentiel.

matériel électrique en industriel
Exemple de disjoncteur différentiel 300mA installé dans une armoire électrique industrielle.

L’électricité dans le secteur industriel, un autre matériel:

Qui dit industrie dit production comme je l’ai expliqué ci dessus dans la définition de l’électricité industrielle.

Et pour produire, on utilise des machines et des outils qui consomment de l’électricité. Les grandeurs engagées, courant et tension électrique, sont bien plus importantes que dans une installation résidentielle.

De ce fait, le matériel électrique qui protège ces machines et outils de production est adapté au besoin.

Les dispositifs de protection sont souvent en tétrapolaire – triphasé avec des calibres de protection de plusieurs dizaines voir centaines d’ampères.

matériel installé en électricité industrielle
Exemple de matériel électrique installé dans une armoire électrique industriel.

Au niveau du savoir et des compétences:

L’électricité industrielle met en oeuvre des puissances plus importantes, je viens de l’expliquer. Cela nécessite de posséder des notions techniques et théoriques plus avancées et complexes que dans le cas de l’électricité résidentielle.

Il est question par exemple de pouvoir de coupure, d’harmoniques, de champs magnétiques, d’équilibrage de phase, de démarrage moteur, de régime de neutre….

Mais ce n’est pas uniquement une question de théorie.

Car en industriel, il faut savoir travailler avec une vision plus large et voir plus loin que le courant ou la tension électrique.

Il faut avoir des notions de mécaniques, d’automatisme et aussi d’électronique.

Un machine outil est certes alimentée électriquement. Mais une panne de la machine peut avoir pour origine un problème mécanique. Il faudra résoudre ce dysfonctionnement mécanique avant de pouvoir la remettre en fonctionnement.

Un autre exemple: un capteur défectueux peut impacter le fonctionnement d’une machine de façon global et provoquer une disjonction.

compétences à avoir en électricité industrielle
L’électricité industrielle demande des compétences plus élargies notamment en mécanique et en automatisme.

L’électricien qui devra trouver la panne doit alors avoir une vision globale du problème.

Il doit être parfois mécanicien ou automaticien. On parle d’ailleurs plus dans ce cas de maintenance industrielle que d’électricité industrielle.

L’électricité industrielle, un autre niveau de stress:

En industriel, les moyens de production sont exploités en permanence.

Cela implique que toute intervention sur un partie de l’installation électrique risque d’impacter une ou plusieurs machines. La conséquence, c’est le “chômage technique” des opérateurs et des équipes de production entière.

En somme, une machine qui ne produit pas, c’est du chiffre d’affaires perdu, de la perte d’exploitation.

En tant qu’intervenant en électricité et maintenance industrielle, c’est une source de stress important.

J’ai plusieurs fois eu l’occasion de travailler avec des personnes dans mon dos me demandant: “Tu en as encore pour combien de temps?

niveau de stress métier électricien en industrie
En électricité et maintenance industrielle, le temps qui passe, c’est de la perte d’exploitation

C’est donc ce qui fait aussi la différence du domaine de l’électricité industrielle.

Il faut savoir travailler un peu plus sous pression! Mais aussi travailler en horaire décalé, sur des week end, pour perturber au minimum les cycles de production et l’appareil industriel.

Conclusion:

Un domaine passionnant auquel je me suis confronté plusieurs fois et qui me plait.

La première des raisons, c’est la technicité. Il faut se creuser un peu plus les méninges et aborder des nouveaux problèmes fréquemment. C’est très formateur.

Pour ne rien vous cacher, la seconde raison qui me fait aimer l’électricité industrielle, c’est l’aspect plus “lucratif” du secteur.  En industriel il faut des compétences plus avancées, du matériel plus évolué et aussi une capacité d’intervention plus large. Tout ça se paie.

Je pense donc vous proposer à l’avenir plus de sujet sur ce domaine qui est bien plus vaste que celui de l’électricité dans le résidentiel.

Electricien professionnel, je vous propose de partager mon métier, mes conseils et mes astuces à travers les différents articles de ce blog en électricité. Bonne lecture!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here